Covid-19 : Muselier dénonce une « injustice » pour les Alpes-Maritimes

Source AFP
·1 min de lecture
Un contrôle de police à Nice durant le confinement le week-end (photo d'illustration).
Un contrôle de police à Nice durant le confinement le week-end (photo d'illustration).

Renaud Muselier monte au créneau. Le président (LR) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur ne comprend pas pourquoi les Alpes-Maritimes vont entamer leur troisième week-end de confinement, tandis que d'autres régions, comme l'Île-de-France ou la Seine-Saint-Denis, passent entre les gouttes pour l'instant.

« Il y a une décision de confinement dans les Alpes-Maritimes qui ne correspond pas à des critères stables, équitables et compréhensibles par la population et, quand il y a une différence de critères, il y a forcément une différence de traitement, et donc il y a une injustice », a insisté le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur sur France Inter. « Quand je vois la situation en Île-de-France et en Seine-Saint-Denis, pas concernées par un confinement alors que les courbes flambent, j'ai l'impression que nous sommes l'arbre niçois qui cache la forêt parisienne », s'était déjà insurgé le maire LR de Nice, Christian Estrosi, vendredi, en annonçant les modifications de parcours des deux dernières étapes de la course cycliste Paris-Nice.

Pas ou peu de concertation efficace

« Quand les critères sont les mêmes partout, il doit y avoir le même traitement partout (?), mais, depuis le départ, c'est le bazar des critères », a insisté Renaud Muselier samedi en estimant que, si les Alpes-Maritimes et la Seine-Saint-Denis sont « exactement dans la même situation » au niveau du taux d'incidence et de la pression en réanimation, le 93 compte par contre un tau [...] Lire la suite