Covid-19: les musées américains vendent des œuvres

·1 min de lecture

Vente aux enchères inédites ce jeudi 15 octobre. Douze œuvres du Brooklyn Museum passeront sous le marteau chez Christie’s. Courbet, Corot ou Cranach l’Ancien, autant de peintures estimées à plusieurs millions d’euros. Une somme qui sera destinée à assurer le fonctionnement du musée en ces temps difficiles de crise sanitaire. Et c’est grâce à un assouplissement des règles déontologiques régissant les musées que cette vente a lieu.

Les musées américains pouvaient jusque-là vendre des œuvres, mais à la seule fin d’enrichir leurs collections par d’autres acquisitions. Vu les difficultés que les musées américains subissent en ce moment, cette règle vient d’être assouplie.

En ces temps de pandémie, les musées essuient des pertes monumentales. Certains ont vu leurs revenus chuter de 80 %, avec de surcroît une baisse des dons de mécènes. Pour éviter que certains établissements mettent la clé sous la porte, ils ont aujourd’hui le droit de vendre des œuvres jusqu’au 10 avril 2022 pour assurer leurs frais. Question de survie en ces temps sombres.

Ce droit a déjà été accordé ponctuellement par le passé, à la ville de Detroit en faillite en 2008 et plus récemment en 2018 au musée de Pittsfield qui a vendu 25 œuvres pour se remettre sur pied. Ainsi la vente aujourd’hui d’un Courbet, Cranach l’Ancien ou Corot pourra probablement sauver toute une collection du Brooklyn Museum.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles