Covid-19 : le monde dystopique de Shanghai confiné

·2 min de lecture

En plus du confinement, les habitants de Shanghai, s'ils sont testés positifs, sont envoyés dans des centres de quarantaine au confort aléatoire. Ils hébergent chacun des centaines voire des milliers de personnes dans la promiscuité.

C'était une première en 20 jours : Mme Rui a pu s'aventurer cette semaine hors de son complexe résidentiel dans Shanghai confinée. Mais l'ambiance dans la ville est méconnaissable et la liberté souvent de courte durée. La capitale économique chinoise affronte la pire flambée de Covid-19 enregistrée dans le pays depuis le début de la pandémie. Plus de 17.000 nouveaux cas positifs au coronavirus y ont encore été annoncés vendredi 22 avril 2022 - un chiffre toutefois en reflux.

Un salon de coiffure dans une piscine vide

Placés sous confinement total depuis début avril, les 25 millions d'habitants de Shanghai peuvent, de façon épisodique et seulement pour certains d'entre eux, sortir quelques heures afin de goûter à un petit vent de liberté. Mais la courte balade de Mme Rui dans les rues de la ville avait un côté surréaliste, entre rues désertes, vitrines de magasin parfois barricadées et même un salon de coiffure installé... dans une piscine vide. Près de chez elle, quelques supérettes ont rouvert, mais bloquent leurs entrées avec des piles de paniers à provisions, obligeant les clients à "crier leur commande depuis le trottoir", explique cette chargée de communication dans une société de vente en ligne.

Des habitantes dans une rue de Shanghai pendant le confinement, le 21 avril 2022 (AFP - HECTOR RETAMAL)
Des habitantes dans une rue de Shanghai pendant le confinement, le 21 avril 2022 (AFP - HECTOR RETAMAL)

"La période qui vient de passer était vraiment difficile pour tout le monde", souligne-t-elle à propos des trois semaines écoulées. Car en plus du confinement, les habitants de Shanghai, s'ils sont testés positifs, sont envoyés dans des centres de quarantaine au confort aléatoire, qui hébergent chacun des centaines voire des milliers de personnes dans la promiscuité.

Avenues vides

Mais avec le nombre de nouveaux cas quotidiens qui diminue, la mairie commence à autoriser certains résidents à sortir de chez eux et les usines à reprendre leur activité. Les autorités municipales ont ainsi publié une liste des zones où les confinements ont été assouplis. Ces deux derniè[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles