Covid-19: le monde au chevet de l'Inde

·2 min de lecture

Près de 400 000 nouveaux cas samedi, un nouveau record de morts et un bilan officiel qui cache une réalité plus sombre encore: l'Inde, au bord du chaos, a reçu avec soulagement 'aide médicale en provenance de l'étranger dimanche.

L'Inde, qui déplore près de 400.000 nouveaux cas de Covid-19 et un record de morts en 24 heures, continuait à recevoir de l'aide médicale en provenance de l'étranger dimanche, destinée à soulager les hôpitaux saturés de malades en manque d'oxygène.

Un avion cargo affrété par la France a atterri à New Delhi dimanche matin avec 28 tonnes d'équipement médical à son bord, dont huit générateurs d'oxygène de grande capacité, destinés à produire de l'oxygène médical à partir de l'air ambiant pour des hôpitaux, a constaté l'AFP.

Lire aussi :A New Delhi ravagée par la Covid, les habitants se préparent à une semaine de confinement

Ces équipements peuvent également remplir des bouteilles avec un débit de 20.000 litres par heure, chaque centrale pouvant alimenter en continu un hôpital indien de 250 lits sans interruption pendant une dizaine d'années, ont indiqué les autorités françaises. Ces usines à oxygène devaient être livrées dimanche à huit hôpitaux indiens, six à Delhi, un dans l'Etat de l'Haryana (nord) et un dans l'Etat de Telangana (centre).

"Un appareil comme celui-ci, qui produit 24h/24h en interne, va être d'une grande aide pour accroître l'alimentation (en oxygène)", a déclaré Sanjay Gupta, le chef de l'hôpital BLK-Max à Delhi, où l'un de ces générateurs a été livré.

"L'Inde nous a aidés l'année dernière dans les hôpitaux français, quand les besoins en médicaments étaient énormes. Le peuple français s'en souvient", a déclaré dimanche Emmanuel Lenain, l'ambassadeur de France en Inde.

New Delhi a recensé 27.000 nouvelles contaminations et 375 décès en 24 heures

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé samedi, New Delhi a recensé 27.000 nouvelles contaminations et 375 décès en 24 heures.

Les hôpitaux de la(...)


Lire la suite sur Paris Match