Covid-19 : le Molnupiravir pourrait stopper la transmission du virus en 24h

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Corona virus

En une journée, ce médicament serait capable de bloquer la transmission du virus, selon une étude américaine.

Dans le monde entier, les scientifiques travaillent à l’élaboration d’un vaccin contre le Covid-19. Mais, côté traitement, les choses avancent également. Des chercheurs de l'Institut des sciences biomédicales de la Georgia State University ont découvert l’antiviral, MK-4482 / EIDD-2801 ou Molnupiravir, pouvant supprimer complètement la transmission du virus dans les 24 heures.

Il s'agit de la première démonstration d'un médicament disponible par voie orale pour bloquer rapidement la transmission du SRAS-CoV-2. Le MK-4482 / EIDD-2801 pourrait changer la donne”, a déclaré le Dr Richard Plemper, professeur émérite à l'Université de Géorgie (Etats-Unis). L’étude assure que ce médicament aurait un triple potentiel : inhiber la progression des patients vers une maladie grave, raccourcir la phase infectieuse pour soulager le bilan émotionnel et socio-économique de l'isolement prolongé du patient et faire taire rapidement les flambées locales. Les conclusions de cette étude ont été publiées dans la revue Nature Microbiology.

VIDÉO - Vaccin contre le coronavirus : pourquoi la France est-elle en retard ?

Des tests encourageants

Nous avons noté très tôt que le MK-4482 / EIDD-2801 a une activité à large spectre contre les virus à ARN respiratoire et que le traitement des animaux infectés par voie orale avec le médicament réduit la quantité de particules virales excrétées de plusieurs ordres de grandeur, réduisant considérablement la transmission. Ces propriétés ont fait du MK-4482 / EIDD / 2801 un candidat puissant pour le contrôle pharmacologique du COVID-19”, note le Dr Plemper.

Pour tester l’efficacité de ce médicament, les chercheurs ont utilisé un modèle de furet. “Nous pensons que les furets sont un modèle de transmission pertinent car ils propagent facilement le SRAS-CoV-2, mais ne développent généralement pas de maladie grave, qui ressemble étroitement à la propagation du SRAS-CoV-2 chez les jeunes adultes”, rapporte le Dr Robert Cox, stagiaire postdoctoral et co-auteur principal de l'étude. Les chercheurs ont injecté le médicament à des furets infectés par le virus. “Lorsque nous avons placé ces animaux infectés puis traités avec des furets non-traités dans la même cage, aucun des contacts n'a été infecté”, a déclaré Josef Wolf, étudiant au doctorat au laboratoire Plemper et co-auteur principal de l'étude. Ces données doivent maintenant être confirmées chez les hommes. Ainsi, ce médicament permettrait aux patients de devenir non-infectieux 24 heures après le début du traitement.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :