Une molécule produite par les lamas pourrait protéger contre tous les variants du Covid

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Comme tous les camélidés, les lamas présentent la particularité de produire des anticorps particulièrement petits, les nanocorps (Photo : Getty Images) (Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une étude récemment menée par une douzaine de scientifiques aux États-Unis et en Israël a permis d'isoler un nano-anticorps qui pourrait se révéler précieux pour l'humanité.

Un remède imparable contre le Covid-19 ? Nous n'en sommes pas encore là, mais les travaux récemment menés par une douzaine de chercheurs, pour la plupart biochimistes ou généticiens, invitent à l'optimisme. Ces scientifiques provenant d'universités américaines et israéliennes auraient ainsi réussi à trouver des molécules efficaces pour bloquer à la source tous les variants du SARS-CoV-2 et empêcher leur développement.

Comme l'explique Medical News Today, ces molécules, qui sont des nano-anticorps (ou nanocorps) beaucoup plus petits et moins complexes que des anticorps traditionnels, ont été obtenues grâce à... un lama. Le site d'actualité scientifique raconte que dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont effectué une série de manipulations en laboratoire sur un échantillon de sang provenant du camélidé, ce qui leur a permis de trouver la perle rare.

Simple et peu coûteuse à produire, facile à administrer

Au cours du processus, qui consistait notamment à immuniser l'échantillon contre le Covid, puis à le faire réagir à différents variants, les scientifiques ont ainsi constaté le rôle décisif joué par des nanocorps capables, au niveau moléculaire, de "se lier simultanément" à plusieurs récepteurs du coronavirus, empêchant ainsi que ce dernier puisse se développer dans l'organisme.

"Ces nanocorps sont très efficaces contre les variants du SARS-CoV et du SARS-CoV-2, y compris Omicron", confirment les auteurs de l'étude, publiée par Science Direct. La molécule en question pourrait donc constituer une base très intéressante pour traiter le Covid-19, d'autant plus qu'elle est, selon les chercheurs, plutôt simple et peu coûteuse à produire, mais également plutôt facile à administrer.

"Probablement complémentaire au vaccin existant"

"Dans une étude préclinique, nous avons montré que notre nanocorps - PiN-31 - peut protéger à la fois les poumons et les voies respiratoires supérieures contre les infections, se félicite le professeur Yi Shi, docteur en biologie cellulaire et auteur principal de l'étude, cité par Medical News Today. Nos données indiquent que la thérapie par inhalation à base de nanocorps peut minimiser la transmission et qu'elle est probablement complémentaire au vaccin existant."

Reste désormais à confronter ce traitement potentiel aux prochaines phases de test, avant d'envisager sa diffusion à grande échelle. les chercheurs sont en tout cas très optimistes quant au potentiel d'assimilation de ces nanocorps. "Ils peuvent permettre de surmonter les problèmes fondamentaux rencontrés par les anticorps humains. Parce que ce sont de grosses molécules, nos anticorps traditionnels ont une faible pénétration dans les tissus (...) ainsi qu'une liaison faible ou inexistante avec les régions de la surface de certaines molécules qui ne sont entièrement accessibles qu'aux molécules de plus petite taille."

VIDÉO - Covid en France : plus de 206 000 cas positifs en 24 heures

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles