Covid-19 : et si nos modes de vie pouvaient provoquer d'autres épidémies ?

·1 min de lecture

Alors que la question de la transmission du Covid-19 de l'animal à l'humain n'a pas été élucidée, le rôle des activités humaines sur les zoonoses – maladies transmissibles des animaux aux êtres humains – inquiète.

Les zoonoses, ces maladies transmissibles de l'animal à l'humain, sont de plus en plus nombreuses. Sciences et Avenir fait le point sur le rôle des activités humaines sur leur émergence et leur propagation.

Selon l' (Organisation mondiale de la santé), "les zoonoses (du grec zôon, "animal" et nosos, "maladie"), sont un groupe de maladies infectieuses qui se transmettent naturellement de l’animal à l’Homme. Le plus grand risque de transmission se situe à l’interface entre l’Homme et l’animal par une exposition directe ou indirecte à l’animal, les produits qui en sont issus (par exemple la viande, le lait, les œufs, etc.) et/ou son environnement". Les zoonoses, aussi appelées anthropozoonoses, peuvent être virales (rage, encéphalites), bactériennes (salmonellose, pasteurellose, brucellose), parasitaires (toxoplasmose, gale) et mycosiques - liées aux champignons, ndlr - (teigne)". La gravité pouvant aller d'une simple réaction locale à une affection mortelle.

Lire aussi

OneHealth : quand la santé humaine dépend de la santé animale et environnementale

Dans un rapport de l' sur les zoonoses, Bernadette Murgue, directrice de recherche à l’unité Virus émergents à Marseille, explique que "plusieurs agents d’origine animale pourraient induire des épidémies avec des conséquences aussi importantes que la Covid-19, voire davantage". Ces maladies sont considérées comme un enjeu de santé publique majeur. Gilles Salvat, directeur scientifique de la santé et du bien-être animal à l’Anses, raconte que "60% des maladies infectieuses actuelles chez l’Homme sont des zoonoses". Il ajoute : "on ne peut pas traiter la santé humaine sans se préoccuper de la santé animale et vice versa". C'est au début des années 2000 que cette prise de conscience a permis l'apparition du mouvement (une seule santé, en français), promouvant l'interdépendance entre la santé humaine, la santé animale et celle de l'écosystème dans lequel elles cohabitent.

Schéma de l'interdépendance de la santé humaine, an[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi