Covid-19: Moderna fait pression sur l'UE pour l’inciter à commander son nouveau vaccin

·2 min de lecture

Le laboratoire Moderna a annoncé que son vaccin contre le Covid-19 serait efficace à 94,5%, selon une analyse intérimaire. Mais, même si les tests aboutissent, pas sûr que l'UE ait acccès rapidement à ces vaccins. Le patron de Moderna, Stéphane Bancel, met en tous cas la pression sur l'Union européenne.

Le patron de Moderna, Stéphane Bancel, demande du concret. Des discussions avancées avec la Commission européenne ont certes été menées en août dernier pour l'achat de 80 millions de doses de vaccins, mais l'engagement ferme n'a pas été signé.

Entre temps, Moderna s'est entendu avec le Canada, le Japon, Israël, le Qatar ou encore le Royaume-Uni. Et c'est sans compter les 100 millions de doses promises dès cet été aux États-Unis. Le patron français de ce laboratoire américain prévient donc que si cela ne limitera pas la quantité totale de vaccins produits, cela pourrait toutefois provoquer des retards de livraison.

À lire aussi : La course au vaccin contre le Covid-19 s'accélère, Moderna annonce 94,5 % d'efficacité pour le sien

Concrètement, si jamais, le vaccin était autorisé par l'Agence européenne du médicament avant la fin de l'année, mais qu'aucun contrat n'était pas signé, les premières doses produites en Suisse et conditionnées en Espagne seraient livrées en Suisse, au Japon, en Israël et au Canada mais pas dans l'Union européenne. Plus, la signature sera repoussée, plus les livraisons seront « décalées dans le temps », avertit encore Stéphane Bancel.

La Commission européenne se justifie

Clément Beaune, le secrétaire d'État français aux affaires européennes a répondu sur Twitter. Il promet que le contrat sera bientôt conclu et demande à ne pas sombrer dans un « Europe bashing ».

La Commission européenne s'est toutefois attachée à défendre sa gestion des pourparlers. « Nous avons commencé les discussions avec les développeurs de vaccins extrêmement tôt, avant l'été! Nos discussions se poursuivent parallèlement au développement des vaccins », s'est agacé mardi le porte-parole de l'exécutif bruxellois Eric Mamer. « Mais nous ne conditionnons pas la signature d'un contrat à aucune annonce spécifique. Le fait est que, dans plusieurs cas, les discussions préliminaires ont été conclues bien avant une quelconque annonce » de succès, a-t-il observé.