Covid-19: le ministre de la Santé Olivier Véran précise les modalités de la vaccination

·2 min de lecture

A la demande de la Fédération des Médecins de France, le ministre de la Santé Olivier Véran a adressé une lettre aux médecins généralistes dans lequel il précise les modalités de la vaccination contre la Covid-19.

La lettre était attendue par les médecins généralistes. Ce vendredi, Olivier Véran leur a adressé une longue lettre que relaie la Fédération des Médecins de France. Dans celle-ci, il rappelle tout d'abord qu'ils seront «les acteurs majeurs de la campagne vaccinale qui va se prolonger quelques mois encore». Le ministre de la Santé précise ensuite les modalités de la vaccination. «Les laboratoires, en particulier AstraZeneca nous donnent une visibilité courte sur les livraisons, en volume et en date précise (...). Au jeudi 11 mars, près de 532 000 vaccinations ont été faites, de sorte qu'il reste plus de 1 million de vaccins disponibles pour vos patients», ajoute-t-il.

Lire aussi : Essais pour le second vaccin de Sanofi, tour de vis à Sao Paulo... le point sur le coronavirus

Des vaccins en nombre... en avril

Hélas, «en raison de retard dans la chaine logistique du laboratoire AstraZeneca, les livraisons de vaccin qui étaient prévues ne seront pas respectées la semaine prochaine et les deux suivantes», regrette-t-il. Olivier Véran explique ensuite que «plus de 30% des Français n'ont pas accès à date à la vaccination par leur médecin traitant», si bien qu'il a décidé, avec l'aval de la Haute autorité de santé de rendre la vaccination accessible aux pharmaciens. Plus de 18400 d'entre eux se sont portés volontaires (sur 19000), annonce le ministre.

Enfin, il précise quatre points : toutes les commandes (de vaccins) passées seront honorées, il est fondamental d'utiliser, sans délai, les vaccins à mesure qu'ils sont livrés, les médecins qui ont déjà utilisé tous leurs vaccins pourront en commander des supplémentaires et enfin que ses services les tiendront informés des livraisons de vaccins à venir. «En avril, nous devrions(...)


Lire la suite sur Paris Match