Covid-19 : des millions de masques FFP2 rappelés en raison de leur potentielle dangerosité

·2 min de lecture
Photo d'illustration

En cause, la présence de graphène, susceptible de provoquer des risques de difficultés respiratoires en cas d’inhalation de particules.

16,9 millions de masques FFP2 rappelés par le ministère de la Santé en raison de leur potentielle toxicité. Dans une note, jusqu'à présent confidentielle mais révélée par Mediapart, Santé Publique France indique que les masques doivent être remisés dans "l’attente de l’évaluation de l’éventuel risque lié à la présence de graphène dans ces masques".

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : où et comment porter un masque FFP2 ?

Une demande de Santé Publique France appuyée par un document des Agences régionales de santé (ARS) que Mediapart a pu consulter et qui indique aux directions hospitalières qu’"à ce stade, il a été identifié 60,5 millions de masques FFP2 dotés d’un marquage CE pouvant potentiellement contenir du graphène dont 16,9 millions ont d’ores et déjà été distribués en 2020 ", soit "28 % des stocks reçus".

Susceptible de provoquer des difficultés respiratoires

Des masques labellisés "Biomass Graphène" et fournis par le fabricant chinois Shandong Shengquan New Materials, qui auraient "principalement été distribués aux établissements de santé, établissements médico-sociaux. Il n’est également pas exclu que des professionnels de santé du secteur ambulatoire aient pu percevoir ces équipements", précise l'ARS.

Le graphène, qui aurait des propriétés antivirales et antibactériennes, serait aussi susceptible de provoquer des risques de difficultés respiratoires en cas d’inhalation de particules. Santé publique France explique à Mediapart que la présence de graphène dans ces masques n'était pas évidente. 

Des millions de masques rappelés par le Canada

"Cette mention aurait pu sans doute nous apparaître plus évidente à SPF et à l’ANSM s’il avait été fait mention d’une revendication d’une activité biocide", plaide SPF, alors que le graphène est classé parmi les biocides en France. Des masques qui auraient donc du ne jamais se retrouver sur les visages des soignants puisque le cahier des charges de Santé publique France en fait un "critère d’exclusion". 

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : faut-il rendre obligatoire le port du masque FFP2 dans les lieux à risque ?

Autre explication avancée par SPF pour justifier ce couac, l’agence a rappelé auprès de Mediapart que cette commande de 60 millions de masques s’inscrit "au moment des acquisitions massives", dans un "contexte de pénurie de masques". Le 25 mars dernier, le Canada a rappelé des millions de masques FFP2 pour les mêmes raisons.

Les masques FFP2, initialement interdits à la vente pour le grand public dans le contexte de pénurie, sont plus protecteurs que les masques chirurgicaux, car ils empêchent également d'inhaler le virus. Au début de la pandémie, leur vente au grand public a été interdite afin d'en réserver les stocks au personnel soignant, plus exposé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles