Covid-19 : ces milliers de morts que l’Inde ne compte pas

De notre correspondante en Asie du sud, Vanessa Dougnac
·1 min de lecture
Des crémations de masse se déroulent en Inde.
Des crémations de masse se déroulent en Inde.

Son système de santé terrassé, l'Inde est sous le choc d'une vague épidémique hors de contrôle. Le seuil dramatique des 400 000 nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus a été franchi vendredi, marquant un record glaçant à l'échelle de la planète. 3 689 décès sont également à déplorer au cours de ces dernières 24 heures, sur un total de 215 542. Avec 7 millions d'infections répertoriées en avril, l'Inde se trouve à court d'oxygène médical, de médicaments et de lits d'hôpital. Dans une crise rejouée chaque jour, les vies de milliers d'Indiens sont en suspens, quand d'autres succombent, à l'image des bûchers funéraires hindous qui brûlent nuit et jour dans des crématoriums surchargés.

En dépit de cette ampleur astronomique, les chiffres pourraient être sous-estimés, à l'échelle d'un pays de 1,3 milliard d'habitants. Par comparaison, la France comptabilise à son pic, le 1er avril 2020, 2 810 décès, contre le record actuel de 3 689 en Inde. Pour de nombreux experts, les chiffres ne collent pas.

À LIRE AUSSINew Delhi, capitale du Covid-19

Sur place, plusieurs médias indiens se sont livrés à des vérifications. Par exemple, le quotidien The Times of India a comparé cette semaine différents registres dans l'État du Karnataka : 25 000 infections n'ont pas été rapportées dans les statistiques officielles. Dans les bureaux de l'Institute for Health Metrics and Evaluation, un centre de recherche sur la santé publique à l'université de Washington, les experts o [...] Lire la suite