Covid-19 : la menace d'un manque de doses suite à la multiplication des vaccinodromes

Dans plusieurs grandes villes de France, des patients forment des files ininterrompues depuis mardi 6 avril au matin, pour obtenir une première injection dans un vaccinodrome. Dans le cadre de la récente accélération de la campagne vaccinale, cinq grands stades ont été réquisitionnés. On compte désormais près d'une cinquantaine de vaccinodromes partout en France, avec pour chacun une capacité d'au moins 5 000 doses par semaine. Sept hôpitaux militaires participent également à la vaccination depuis mardi 6 avril. Pour l'armée, l'objectif est clair : injecter 50 000 doses dès cette semaine. Augmentation du nombre de doses Alors que les vaccinodromes se déploient, certains maires, comme celui de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), se plaignent de ne plus avoir assez de doses. Cette semaine, seules les secondes injections y sont possibles, sur rendez-vous. Le maire de la commune souhaite que son centre rouvre au plus vite, et demande au gouvernement de nouvelles doses. "Le Stade de France est ouvert, nous, notre centre de vaccination est fermé, s'agace Jean-Christophe Fromantin. On en a zéro cette semaine, moins de 500 la semaine prochaine et aucune information pour les semaines suivantes." Le gouvernement compte sur une augmentation du nombre de doses livrées dans les prochaines semaines : 12,2 millions en avril, et plus de 17 millions au mois de mai.