Covid-19 : en Inde, des masques avec la photo du visage des clients font fureur

Une imprimerie indienne a eu l'idée originale de fabriquer des masques avec la photo du visage des clients, afin qu'ils conservent leur apparence physique.

Un artiste numérique indien a eu l'idée de fabriquer des masques personnalisés avec la photo du visage des clients, afin qu'ils conservent leur apparence physique. Il croule désormais sous les demandes.

Comme dans de nombreux autres pays du globe, le port du masque est obligatoire en Inde. En général, qui dit masque dit perte d'identité physique, puisque le nez, la bouche, le menton et les joues sont recouverts du morceau de tissu protecteur du virus. Pour y remédier, un imprimerie de l'Etat du Kerala, dirigée par Binesh G Paul, 38 ans, a eu l'idée de fabriquer des masques avec des images haute définition du visage des clients.

Aujourd'hui, l'entreprise, située à Ettumanoor, croule sous les demandes. Elle a déjà vendu 4000 masques personnalisés et reçoit chaque jour des commandes en gros. "Je donne une chance aux gens de rester en sécurité et de se faire reconnaître facilement", a déclaré Binesh G Paul au journal The National.

Binesh G Paul, qui dirige un studio de photo numérique depuis 10 ans, a eu cette idée originale lors d'une visite à l'épicerie lorsque le propriétaire ne l'a pas reconnu derrière son masque. C'est ainsi qu'il a pensé à imprimer son visage sur le masque. Ses amis ont adoré le concept et lui ont suggéré de les vendre.

“Je suis ravi que mon entreprise renaisse”

Pour fabriquer ses masques personnalisés, l'artiste numérique utilise l'impression par sublimation thermique, une technique de reproduction par ordinateur qui utilise la chaleur pour transférer des colorants sur des matériaux tels que le carton, le papier, le tissu ou le plastique. Il utilise ainsi des photos haute résolution du client pour réaliser l'impression par sublimation et transférer l'image sur le masque en tissu blanc en chauffant à 360 degrés pendant 40 secondes.

L'ensemble du processus dure 20 minutes. "J'ai été dévasté par la fermeture de notre studio. J'ai subi des pertes et j'étais inquiet pour l'avenir du studio, mais maintenant je suis ravi que mon entreprise renaisse", s'est-il réjoui.