Covid-19 : Votre masque "fait maison" est-il efficace ?

De nombreux Français ont pris l'initiative de se fabriquer eux-mêmes des masques de protection

Alors qu'il est toujours aussi difficile de se procurer des masques dans le commerce, de nombreux Français ont pris l'initiative de se les fabriquer eux-mêmes. Ces masques "faits maison" sont-ils efficaces ? Oui, à condition de respecter certains critères.


Depuis le début du confinement et de la crise du Coronavirus, face au manque cruel de masques disponibles dans le commerce, de nombreux Français ont pris l'initiative de se fabriquer eux-mêmes leur protection, avec les "moyens du bord", avec ou sans machine. Ces masques “faits maison” peuvent être efficaces, à condition de respecter certains critères, indiquent plusieurs experts.

Sur Europe 1, le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et fondateur du site montissumasque.com, explique par exemple que "le plus mauvais des masques - bien utilisé - c'est plus de 50% de protection". À l'inverse, selon le spécialiste, le meilleur des masques "qui répond parfaitement aux normes" - mais mal utilisé - peut tout de même avoir "jusqu'à 70% de protection".

Selon montissumasque.com, un masque "bien utilisé", c'est un masque que l'on place sur son visage en le tenant simplement par les élastiques. Une fois mis, le masque ne doit surtout pas être enlevé, puis remis, et ainsi de suite. Dès qu'il est touché avec les mains, le masque n'est plus efficace. Et il faut quoiqu'il arrive le renouveler toutes les quatre heures. Bien utilisé, et uniquement s'il est porté par tous, même le plus basique des masques fait maison peut avoir "plus de 90% de protection", a expliqué vendredi Bertrand Dautzenberg, lors d'une conférence de presse en ligne.

Le masque devra comporter au moins deux ou trois couches

Concrètement, lorsque l'on fabrique son propre masque, il faut utiliser des matières du type coton, polyamide ou viscose. Le tissu utilisé ne devra être ni trop filtrant, ni trop opaque. Le masque devra être "respirable" et devra en outre comporter plusieurs couches. "C'est toujours au minimum du deux couches, et le plus souvent du trois couches" explique sur RTL Olivier Peyrat, directeur général de la Fnor, qui édite les normes NFP.

Parmi les erreurs à éviter : se fabriquer un masque à filtre amovible, pas conçu pour être respiré. "On a vu pas mal de tutos qui circulent avec des filtres d'aspirateur, il faut vraiment savoir que ces matériaux ne sont pas du tout préconisés pour être utilisés", explique Marine Prévet, du collectif Couturières solidaires en Ille-et-Vilaine.

À partir du 11 mai, date annoncée du début du déconfinement, il semble de plus en plus probable que le masque devienne obligatoire dans les espaces publics, notamment les transports en commun. Le président Emmanuel Macron a d'ailleurs promis dans sa dernière allocution que tous les Français auraient prochainement droit à un masque grand public pour se protéger et protéger les autres.


TOUT SAVOIR SUR LE CORONAVIRUS
>>
Comment attrape-t-on le Covid-19 ?
>>
Pour qui le Covid-19 est-il dangereux ?
>>
Quels sont les symptômes du Covid-19 ?
>>
Pourquoi la création d'un vaccin prend autant de temps ?
>>
Pourquoi parle-t-on de "cluster" ?
>>
Comment parler du Covid-19 à ses enfants ?