Covid-19: le masque accepté et bien porté par 85% des Français

·2 min de lecture

Dans son bilan épidémiologique hebdomadaire, Santé Publique France revient sur l'enquête CoviPrev qui permet le suivi de l’adoption des mesures de prévention et des indicateurs de la santé mentale des Français.

Les Français respectent-ils bien les différents gestes barrières ? Dans son bilan hebdomadaire, Santé Publique France donne les résultats de l'enquête CoviPrev qui suit l’adoption des mesures de prévention et des indicateurs de la santé mentale des Français. La vague 20 menée entre le 18 et le 20 janvier 2021 montre ainsi une érosion du suivi que des mesures de prévention en lien avec la limitation de l’interaction sociale (éviter les regroupements et les réunions en face à face, éviter les rassemblements festifs, éviter d’aller voir une personne âgée, fragile ou vulnérable). En revanche, le port systématique du masque en public reste la mesure déclarée la plus souvent respectée (85%).

Lire aussi : Macron souhaite un reconfinement moins dur pour les jeunes

Des différences sont observées en fonction de la classe d’âge. En particulier, les 18-24 ans et les 35-49 ans ont moins souvent adopté systématiquement les mesures en lien avec l’interaction sociale. Les populations adoptant moins systématiquement les mesures de prévention sont le plus souvent les hommes, signale Santé Publique Franc e. Les 18-24 ans adoptent moins de mesures d’hygiène et de distanciation physique. Les 25-34 ans adoptent moins de mesures de distanciation physique et le port systématique du masque en public, par rapport au reste de la population.

Lire aussi : Doutes sur le vaccin AstraZeneca, mesures strictes à venir en France… le point sur le coronavirus

Sans surprise, la situation épidémique et les mesures prises pour la contrôler affectent de façon importante la santé mentale de la population. Après avoir été multipliée par 2 entre septembre et novembre, la prévalence des états dépressifs s’est stabilisée à un niveau élevé depuis début novembre -(...)


Lire la suite sur Paris Match