Covid-19 en Martinique : envoi d’un cargo d’oxygène médical

La vaccination se poursuit en Martinique, où la quatrième vague épidémique a poussé nombre de non-vaccinés à prendre un rendez-vous.
La vaccination se poursuit en Martinique, où la quatrième vague épidémique a poussé nombre de non-vaccinés à prendre un rendez-vous.

La quatrième vague épidémique paralyse toujours les Antilles, où la pression hospitalière se fait chaque jour plus critique. Outre le renfort de médecins de l?Hexagone, les hôpitaux sur place ont besoin d?oxygène médical. Et afin d?éviter tour risque de pénurie en Martinique, l?armée française va acheminer plus de 100 tonnes d?oxygène médical dans les jours à venir. Un chargement est d?ailleurs déjà en route. Florence Parly, ministre des Armées, a en effet annoncé lundi 16 août un premier voyage du navire Dumont d'Urville de la marine nationale pour livrer de l?oxygène aux Antilles. Parti le 15 août de Guyane, il « devrait accoster à Fort-de-France le 19 août pour mettre ces stocks d?oxygène à la disposition de l?Agence régionale de santé », précise un communiqué.

Cette livraison répond à une demande de la préfecture de la zone de défense et de sécurité Antilles, a précisé le ministère. Si la Martinique ne connaît actuellement pas de pénurie d?oxygène, il s?agit de prévenir d?éventuelles tensions, a précisé le ministère des Outre-mer. « Nous prévoyons plusieurs rotations afin de poursuivre ce flux d?approvisionnement en oxygène depuis la Guyane vers les Antilles », a précisé la ministre sur France Info.

À LIRE AUSSICovid-19 : la mortalité ne faiblit pas dans le monde

Cet approvisionnement doit également concerner la Guadeloupe, selon l?agence régionale de santé locale. En attendant, « les établissements et les fournisseurs affirment maîtriser la situation à c [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles