Covid-19 : les maladies psychiatriques augmentent le risque d’infection, selon une étude

Les maladies telles que la dépression, le stress post-traumatique et le trouble bipolaire augmentent la probabilité d’infection autant que d’autres facteurs de risque connus comme les maladies cardiovasculaires ou le cancer, notamment chez les plus de 65 ans.

C’est le serpent qui se mord la queue. Nous savions déjà que le Covid-19 . Maintenant, une nouvelle étude vient de démontrer que ces maladies psychiatriques augmentent le risque d’attraper le coronavirus chez les personnes vaccinées. L’étude, publiée le 14 avril 2022 dans , a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco (États-Unis). Ils ont suivi plusieurs centaines de milliers de vétérans américains, mettant en évidence que ceux avec des maladies psychiatriques avaient un risque accru d’infection au coronavirus malgré la vaccination. Explications.

Jusqu’à 24 % de plus pour les patients avec certains troubles psychiatriques

Plus de 250.000 vétérans entièrement vaccinés contre le Covid-19 et ayant été infectés ont été analysés (la moyenne d’âge était de 66 ans et la grande majorité était des hommes), dont environ 15 % ont été infectés après la vaccination. De ces 250.000 patients, environ la moitié avait été diagnostiquée d’une maladie psychiatrique dans les cinq années précédentes. Et c’est précisément ceux avec un tel diagnostic qui montraient un plus grand risque d’infection après la vaccination, après un ajustement pour les facteurs de risque les plus connus. L'étude évoque 7 % de risques en plus pour l’ensemble des maladies psychiatriques analysées. Les troubles les plus touchés sont selon cette étude, le trouble d’adaptation (difficulté à s’adapter à des situations stressantes), le trouble anxieux, le trouble bipolaire et la dépression.

Cette augmentation du risque était plus élevée chez les patients de plus de 65 ans, chez qui le risque d’infection augmentait alors de 24 % dans certains cas. “Les vulnérabilités associées à l’âge donnent un risque plus important d’infection malgré la vaccination, concluent les auteurs dans l’article. Ces augmentations du risque sont comparables à celles observées avec des comorbidités physiques reconnues comme facteurs de risque (tels que le cancer, les maladies rénales et les maladies cardiov[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles