Covid-19 : les médecins tunisiens crient à "la censure"

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Pour les médecins, c'est une "censure médiatique". L'ONG Amnesty International et l'Ordre des médecins tunisien ont appelé le gouvernement à laisser s'exprimer librement les praticiens sur la pandémie de Covid-19, après une directive exigeant une autorisation préalable pour le personnel de santé souhaitant s'exprimer publiquement sur le sujet. Le 16 avril, après des polémiques, le ministère de la Santé a publié une liste de médecins et responsables de la santé habilités à faire des déclarations aux médias ou sur les réseaux sociaux au sujet de la pandémie. Les autres sont passibles de sanctions s'ils s'expriment sans accord des autorités.

"Mesure disproportionnée"

Amnesty International a critiqué une mesure "disproportionnée" et une "sérieuse atteinte" à la liberté d'expression. C'est "une tentative évidente de censurer les personnels de santé", estime Amna Guellali, responsable d'Amnesty citée dans le communiqué. Le Conseil national de l'Ordre des médecins a de son côté réaffirmé dans un communiqué "le droit des médecins à exprimer leurs positions dans leur domaine de spécialité et selon les données scientifiquement établies".

"Le citoyen et le public ont le droit d’être informés des derniers développements scientifiques concernant l’épidémie par des spécialistes du domaine reconnus pour leur compétence, leur objectivité et leur indépendance"

Syndicat des médecins, pharmaciens et médecins dentistes

Communiqué, cité par Webdo

Hospitalisations en hausse

Cette directive est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi