Covid-19 : comment lutter contre le syndrome de la cabane ?

·1 min de lecture
Ce retour à une vie (presque) normale est vu par certains comme une source d'angoisse.
Ce retour à une vie (presque) normale est vu par certains comme une source d'angoisse.

Terrasses, cinémas, centres commerciaux?. Si pour certains le jour du mercredi 19 mai était déjà réservé dans l'agenda depuis plusieurs semaines, pour d'autres cette date représentait une source d'angoisse. En effet, certains Français vivent cette nouvelle étape du confinement comme une épreuve et ressentent une peur de sortir de leur enfermement. Un phénomène qui porte même un nom : le syndrome de la cabane ou de l'escargot.

Un syndrome qui n'est pas né avec la crise sanitaire actuelle : « Si ce phénomène ne portait pas le même nom, cette idée de la peur du retour à la civilisation était déjà présente chez les chercheurs d'or américains qui angoissaient à l'idée de se retrouver avec leur or au contact de nombreuses personnes après des mois d'isolement. Cette crainte était également présente chez les gardiens de phare », précise Valérie Sengler, psychanalyste à Paris et Saint-Mandé. Après des confinements successifs, la généralisation du télétravail, la mise en place du couvre-feu ou l'enseignement à distance, la crise sanitaire a accentué la propension de certains à se replier sur eux-mêmes.

À LIRE AUSSILes naufragés du déconfinement, ou le paradoxe du porc-épic

Ce retour à une vie (presque) normale est vu, par certains, comme une confrontation inquiétante au nouveau monde après des mois d'isolement forcé chacun chez soi. Si ressentir une petite appréhension de devoir trouver de nouvelles ressources pour aller vers l'extérieur reste un sentiment normal, une [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles