Covid-19 : l'Union africaine se réunit samedi pour un bilan de la pandémie

·1 min de lecture

Le président de l'UA, le Sud-africain Cyril Ramaphosa dirige un pays qui concentre à lui seul 40% des cas enregistrés en Afrique alors que l'ensemble des pays membres ne comptent que pour 3,5% des cas répertoriés dans le monde et 4% seulement des décès à l'échelle de la planète. Les responsables de l'UA et nombre de présidents africains fustigent le "nationalisme vaccinal" des pays riches qui "accaparent" les vaccins, "plus que ce dont ils ont besoin", alors que le continent affronte la deuxième vague du virus.

Lire aussi - Afrique, Asie, Amérique latine… Où en est-on de la vaccination contre le Covid-19 dans les pays émergents?

L'OMS souligne que l'Afrique aura besoin de 1,5 milliard de doses pour espérer une immunité collective alors qu'à ce stade les prévisions de l'organisation onusienne tablent seulement sur 30% d'africains vaccinés d'ici la fin de l'année.

Il sera aussi question de sécurité

La pandémie a donné lieu en Afrique, comme ailleurs dans le monde, notamment via les réseaux sociaux, à une montée du scepticisme vis-à-vis de la vaccination mais certains chefs d'Etats ont contribué à cette épidémie de fausses informations, comme en Tanzanie où le président Magufuli prétendait le mois dernier que les injections contre le Civid étaient "dangereuses pour la santé".

A Addis Abeba, siège de l'UA, il sera également question des conflits internes qui ensanglantent le continent, à commencer par les affrontements, précisément en Ethiopie, dans la province du Tigré, qui affect...


Lire la suite sur LeJDD