Covid-19 : l'UE et AstraZeneca mettent fin à leur litige sur les livraisons de vaccins

·3 min de lecture

AstraZeneca et l'Union européenne annoncent la fin de la procédure judiciaire qui les opposait sur les livraisons de vaccins contre le Covid-19. L'accord prévoit que le laboratoire anglo-suédois livre 135 millions de doses de vaccins d'ici la fin de l'année à l'UE et 65 millions de doses supplémentaires d'ici fin mars 2022.

Le laboratoire pharmaceutique AstraZeneca et l'Union européenne ont conclu un accord à l'amiable sur l'approvisionnement en vaccins anti-Covid qui met fin à la procédure judiciaire engagée au printemps par l'Union européenne en raison des retards de livraisons, ont annoncé, vendredi 3 septembre, les deux parties.

D'ici à la fin du premier trimestre 2022, AstraZeneca s'engage à livrer un total supplémentaire d'environ 200 millions de doses afin de compléter les quelque 100 millions déjà reçues par les Vingt-Sept au 30 juin 2021, a précisé la Commission européenne dans un communiqué soulignant que le contrat signé en août 2020 portait sur 300 millions de doses.

Le géant anglo-suédois a confirmé cet accord et la fin du procès en cours devant la justice belge, trois semaines avant une nouvelle audience à Bruxelles.

Selon le nouveau calendrier, le laboratoire livrera 135 millions de doses de vaccins d'ici la fin de l'année – 60 millions pour le 30 septembre et 75 millions pour le 31 décembre – et 65 millions de doses supplémentaires d'ici fin mars 2022.

En litige depuis mai

La question des retards de livraisons d'AstraZeneca a empoisonné ses relations avec l'UE et terni son image, sur fond de course contre la montre pour vacciner au maximum la population avant le développement de nouveaux variants du coronavirus.

Au cœur du litige : l'UE reprochait au groupe pharmaceutique de ne lui avoir livré au premier trimestre 2021 que 30 millions de doses, au lieu des 120 millions promises.

L'Union européenne avait accusé fin mai AstraZeneca de "violation flagrante" de leur contrat et demandait 10 euros par dose de vaccin anti-Covid et par jour de retard, dans le cadre d'une action en justice.

L'affaire a d'abord été plaidée devant un juge des référés du tribunal de Bruxelles (procédure en urgence). Cela avait donné lieu à une première décision en juin demandant au laboratoire de livrer à l'UE moins de doses que réclamées. Un procès sur le fond était prévu fin septembre.

"Je suis très heureux que nous ayons pu parvenir à un accord commun qui nous permet d'aller de l'avant et de travailler en collaboration avec la Commission européenne pour aider à surmonter la pandémie", a réagi de son côté Ruud Dobber, un des vices-présidents exécutifs du laboratoire AstraZeneca.

Des doses pour le dispositif Covax

Stella Kyriakides, commissaire européenne à la Santé, a salué l'accord en soulignant que ces doses permettraient à l'UE de continuer à approvisionner le reste du monde via le mécanisme Covax, le dispositif qui vise à fournir des vaccins anti-Covid à 20 % de la population de près de 200 pays à travers le monde.

Les vaccins AstraZeneca doivent aussi permettre de réduire les écarts de couverture vaccinale constatés au sein même du bloc européen, plusieurs pays de l'Est étant nettement en retard.

"Il y a d'importantes différences entre pays membres en termes de taux de vaccination et la disponibilité des vaccins, y compris ceux d'AstraZeneca, reste cruciale", a fait valoir Stella Kyriakides, rappelant que l'Union européenne avait franchi cette semaine la barre des 70 % d'adultes totalement vaccinés.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles