Covid-19 : ce que l'on sait du variant B.1.617, alors que l'Inde affronte une flambée épidémique

franceinfo
·1 min de lecture

Nouveau record de contaminations. L'Inde a recensé, lundi 19 avril, 273 810 cas de contaminations de Covid-19 en 24 heures. C'est le cinquième jour d'affilée que le pays dépasse les 200 000 cas quotidiens. Une flambée qui peut en partie s'expliquer par la circulation d'un nouveau variant, nommé B.1.617. Si les experts estiment que davantage de données sont nécessaires pour comprendre son rôle dans la propagation de la maladie, voici déjà quelques premiers éléments.

Il présente plusieurs mutations

Le B.1.617 a été "repéré pour la première fois le 5 octobre 2020 près de Nagpur", dans le centre de l'Inde, rapporte Le Monde (article payant). Il "résulte de quinze mutations spécifiques", précise Anurag Agrawal, directeur de l'Institut de génomique et de biologie intégrative de New Delhi au Monde. "Deux positions semblent être particulièrement puissantes, parce qu'elles peuvent échapper aux anticorps."

Elles sont déjà connues. La première, L452R, a été détectée dans le variant B.1.526.1, repéré aux Etats Unis. La seconde, E484Q, ressemble à une mutation présente dans les variants initialement identifiés en Afrique du Sud et au Brésil et "pourrait être associée à un impact significatif en termes d'échappement immunitaire (post-infection et post-vaccinal), bien que cela ne soit pas encore formellement démontré à ce stade", écrit Santé publique France dans son analyse de risque liée aux variants émergents (document en PDF) publiée le 8 avril. "Il a l'air d'être particulièrement (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi