Covid-19 : ce que l'on sait des bugs informatiques qui ont perturbé l'école à la maison

·1 min de lecture

Comme l'an dernier, l'école à la maison a débuté mardi avec des bugs apparemment liés à des serveurs défaillants et des attaques informatiques. Sur Twitter, dans la matinée, de nombreux messages faisaient état du même problème : "Et voilà, ça a planté à 9h02" ou encore "J'étais prête pour faire cours à distance mais ce n'était visiblement pas le cas de l'Education nationale". Ces défaillances ont été signalées sur les ENT (environnements numériques de travail) de six régions, en particulier en Île-de-France, Normandie et dans le Centre, ainsi que sur le site du Cned. La situation s'est améliorée au cours de la journée, mais les connexions sont restées très lentes. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 6 avril

Blanquer blâme un incendie chez un opérateur privé…

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, s'est empressé de fournir des explications à ces dysfonctionnements. "Les ENT dépendent des collectivités locales, qui dépendent d’un opérateurs privé qui a subi un incendie à Strasbourg il y a quelques semaines et n’a donc pas pu faire face à l’afflux de connexions ce matin", a-t-il expliqué lors d'un déplacement dans une école à Paris accueillant les enfants des personnels prioritaires.

Mises à disposition des régions et des départements, ces plateformes sont utilisées à l’échelle des établissements par les professeurs et les élèves. Impossible, sans elles, d'accéder aux cours à distance. 


Lire la suite sur Europe1