Covid-19: l'Iran déclare avoir acheté des vaccins et travailler à produire son propre vaccin

·2 min de lecture

En Iran, les restrictions imposées depuis plusieurs semaines ont réussi à fortement baisser le nombre des contamination et des morts. Le dernier bilan fait état de 5760 nouveaux cas et de 134 morts, soit une très forte baisse depuis un mois. Mais la politique du gouvernement pour se procurer du vaccin n'est pas toujours très claire. Une campagne a été lancée sur les réseaux sociaux pour demander au gouvernement d'acheter des vaccins.

Les responsables iraniens, notamment le président de la Banque centrale, ont affirmé que l'Iran avait réussi, malgré les sanctions américaines, à verser l'argent nécessaire pour se procurer plus de 16 millions de vaccins anti-Covid. Ce qui est suffisant pour une couverture vaccinale de 10% de la population, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

Ces doses de vaccin ont été achetées par Téhéran via Covax, le mécanisme d'accès équitable aux vaccins mis en place par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En théorie, les aliments et les médicaments sont exemptés des sanctions américaines, mais en réalité, les banques internationales ont tendance à refuser les transactions impliquant l'Iran pour éviter d'être exposées à d'éventuels litiges.

Un vaccin iranien bientôt testé ?

Les responsables iraniens n'ont pas précisé quel vaccin serait fourni précisément. De leur côté, les autorités sanitaires iraniennes affirment qu'elles vont commencer les premiers tests humains pour produire un vaccin national contre le coronavirus. Après les premiers tests sur 56 volontaires, il y aura un test plus large mené sur plusieurs milliers de personnes.

Selon les autorités sanitaires, l'Iran va pouvoir produire son propre vaccin d'ici le printemps prochain. Dans le même temps, le gouvernement a annoncé que l'Iran va coopérer avec un autre pays, probablement la Russie ou la Chine, pour produire en commun un vaccin.

Malgré ces annonces et promesses, la population s'inquiète de la possibilité d'avoir accès au vaccin anti-Covid-19. Même si le nombre de personnes contaminées et décédées décroît, avec plus de 54.500 morts sur près de 1.195.000 personnes contaminées, selon les statistiques officielles, l'Iran est le pays le plus durement frappé par la pandémie de Covid-19 au Proche et Moyen-Orient.

À lire aussi : L'Iran durcit les mesures de confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19