Covid-19 : les résultats des essais sur le clofoctol attendus au printemps

·1 min de lecture

Dès le début de la crise sanitaire, en mars dernier, une équipe de recherche réunissant des chercheurs de plusieurs laboratoires de l'Institut Pasteur de Lille (CNRS, Inserm, Université De Lille, CHU de Lille et la start-up Apteeus spécialisée dans le repositionnement de médicaments) s'est mobilisée dans la recherche d'un traitement contre le COVID-19. 2000 molécules déjà utilisées pour d'autres maladies ont été sélectionnées comme étant capables d'apporter une réponse efficace contre le virus.

"Et au début de l'été, l'une d'elle s'est révélée comme particulièrement puissante contre le virus et fait depuis l'objet d'une série d'essais. Cette molécule disposant déjà d'une autorisation de mise sur le marché, le protocole permettra un délai plus rapide dans sa mise en place" explique l'Institut Pasteur de Lille.

Un médicament qui évite la contagion

Pour éviter un effet "hydroxychloroquine", les chercheurs longtemps préféré taire le nom de cette molécule commercialisée en faibles quantités et actuellement prescrite pour une toute autre pathologie. On sait désormais qu'il s'agit du clofoctol, prescrit en France de 1978 à 2005 pour trai­ter les infec­tions res­pi­ra­toi­res béni­gnes sous la forme du sup­po­si­toire Octofene.

"Cette molé­cule a une action sur les deux portes d’entrée du virus dans les cel­lu­les humai­nes, contrai­re­ment à l’hydroxy­chlo­ro­quine. De plus, il n’est pas néces­saire d’aug­men­ter (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Qu'est ce que le bamlanivimab, ce cocktail d'anticorps autorisé par les Etats-Unis ?
DIRECT. Covid-1 en France ce 16 décembre : chiffres, annonces
Covid-19 : au Royaume-Uni, une (nouvelle) mutation du coronavirus inquiète
Gui, houx et poinsettia : attention, ces plantes de Noël sont toxiques !
Covid-19 et réveillon : auto-confinement, tests, bons gestes... Ce qu'il faut retenir