Covid-19 : l'inquiétude monte à propos du variant britannique

Face à l'inquiétude suscitée par le variant britannique du Covid-19, des mesures radicales doivent-elles être prises ? "Oui, parce qu'au début du mois, on était à moins de 2% de variant, et on apprend aujourd'hui qu'on est autour de 10% sur le sol national", explique le journaliste et médecin Damien Mascret sur le plateau du 19/20, jeudi 28 janvier. "Au Royaume-Uni, fin novembre, ils étaient à peu près à la situation où on est aujourd'hui, c'est-à-dire 10% de variant. Ensuite, deux semaines plus tard, ils avaient doublé les cas. S'il se passe la même chose en France, cela veut dire qu'on passera à 40 000 cas par jour". Réagir vite Trois semaines plus tard, le Royaume-Uni enregistrait 60 000 contaminations au variant du Covid-19. "Ça a été très vite, ça s'est accéléré, donc si on suit la même dynamique, il faut s'attendre à cela", précise Damien Mascret. L'expérience anglaise nous obligerait donc à vite réagir. "Eux, ils ont mis un confinement très strict, très tard : ils étaient quasiment au pic [...], c'était beaucoup trop tard. Aujourd'hui, nous, on est plutôt à 10% de variant. C'est le bon moment de prendre des mesures", conclut le journaliste.