Covid-19 : l'Inde suspend les exportations de vaccins pour affronter la seconde vague

Après des semaines d'accalmie, le nombre des contaminations explose à nouveau en Inde, avec plus de 50 000 contaminations toutes les 24 heures. Dans un laboratoire d'analyses de tests PCR, les cas positifs doublent chaque jour. "Ça augmente vraiment, comme l'année dernière, explique le Dr. Shelly Mahajan, la responsable. On passe de deux cas par jour à quatre le lendemain, puis 16." Priorité à la population indienne Pour faire face à la deuxième vague, l'Inde a suspendu ses exportations de vaccins. La priorité est désormais donnée à sa population. Dans l'usine du plus gros producteur de vaccins au monde, à Pune, la moitié des doses produites était jusqu'à présent envoyée à l'étranger. "Avant, nous exportions le vaccin dans de nombreux pays, explique le Dr. Suneela Garg, conseillère de la campagne de vaccination. Maintenant on doit se concentrer sur notre propre pays parce qu'on doit aller vite, c'est ce qu'on appelle 'le nationalisme du vaccin'". Depuis le début de l'épidémie, l'Inde a exporté 70 millions de doses à travers le monde. À Londres (Royaume-Uni), cinq millions de doses attendues d'AstraZeneca n'arriveront pas. "Cette pénurie aura surtout un impact sur les personnes en attente d'une seconde dose, donc oui, cela va poser problème", explique le Dr. Danny Althan, immunologie. Mais en Inde, il y a urgence. "Seuls 3% des Indiens ont reçu une dose", indique en effet la journaliste Angélique Forget, de France Télévisions New Delhi.