Covid-19 : la Ligue contre le cancer craint un nouveau retard dans la prise en charge des malades et estime qu'"il y a environ 30 000 cancers non détectés"

Guillemette Jeannot
·1 min de lecture

Retard dans le diagnostic, prise en charge différée ou traitement suspendu... Les malades atteints d'un cancer ont subi un bouleversement dans leur protocole de soins lors de la première vague de Covid-19. Or l'épidémie est en pleine recrudescence en Europe et la deuxième vague redoutée est bien là. En France, le gouvernement a décidé jeudi d'étendre le couvre-feu à 54 départements pour freiner la propagation du coronavirus. Les services de réanimation approchent de la saturation dans certains hôpitaux et le manque de lits et de personnel se ressent de plus en plus. Une situation qui fait craindre à Axel Kahn, président de la Ligue nationale contre le cancer, et à Julien Taieb, cancérologue, une nouvelle baisse de la prise en charge des malades atteints d'un cancer.

"Dès la mise en place du confinement le 17 mars, la totalité des dépistages systématiques des cancers du col de l'utérus, du sein ou encore de la prostate ont été totalement interrompus jusqu'au mois de juin", constate auprès de franceinfo le docteur Axel Kahn. "Durant cette période, nous nous attendions à faire autour de 64 000 diagnostics. Grosso modo, nous n'en avons réalisé que la moitié."

"Nous estimons aujourd'hui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi