Covid-19 : un lien avec l'épidémie de bronchiolite ?

·6 min de lecture
Le Covid-19 a-t-il un lien avec la flambée des cas de bronchiolite ? (crédit: Ezequiel BECERRA / AFP)

L'épidémie de bronchiolite qui touche la France coïncide avec la cinquième vague de Covid. Deux épidémies qui pourraient être liées.

C'est une épidémie dans l'épidémie. En pleine cinquième vague de Covid, l'ensemble de la France métropolitaine a atteint depuis le 3 novembre le seuil épidémique concernant la bronchiolite du nourrisson, qui touche particulièrement les enfants de moins de 2 ans.

Ainsi, entre le 6 et le 12 décembre, 4 841 enfants de moins de 2 ans ont été reçus aux urgences pour bronchiolite, dont 1 739 ont dû être hospitalisés, selon le bulletin hebdomadaire de Santé Publique France. Les enfants hospitalisés pour bronchiolite représentent désormais 40% de l'ensemble des hospitalisations des moins de 2 ans. Parmi ces hospitalisations, 94% concerne des enfants de moins de 1 an, ce qui met en difficulté les services pédiatriques.

Le SARS-CoV-2 peut causer une bronchiolite

Derrière ces nombreux cas de bronchiolites, certains médecins s'interrogent sur le rôle du SARS-CoV-2, responsable du Covid-19. Car le terme bronchiolite désigne l'infection et pas le virus qui en est à l'origine. "La bronchiolite est une infection virale respiratoire aiguë atteignant les bronchioles (petites bronches). Elle est due le plus souvent au Virus Respiratoire Syncytial (VRS)", écrit l'Assurance Maladie. Si le VRS est "souvent" à l'origine des bronchiolites, le SARS-CoV-2 peut aussi causer une bronchiolite. 

Une étude menée en Espagne sur 666 enfants infectés par le SARS-CoV-2 et hospitalisés révèle que douze d'entre eux répondaient aux critères de diagnostic de la bronchiolite. L'étude conclut toutefois que l'infection par le SARS-CoV-2 ne semble pas être un déclencheur principal de bronchiolite sévère.

Une autre étude, menée en Italie, a démontré que le SARS-CoV-2 pouvait causer une bronchiolite nécessitant une hospitalisation du nourrisson. Deux études qui confirment que le SARS-CoV-2 peut donc être à l'origine d'une bronchiolite.

Sans test, impossible de savoir si la bronchiolite est due au Covid

Les symptômes évoqués par l'Assurance maladie sont très proches de ceux causés par le COVID. "La bronchiolite débute généralement par un simple rhume ou rhinopharyngite avec une légère fièvre. Petit à petit, une toux sèche apparaît. Puis survient une gêne respiratoire qui se traduit par une respiration rapide et sifflante (bruyante à l'expiration)", poursuit le site Internet.

Sauf à tester le nourrisson victime d'une bronchiolite, difficile de savoir si c'est le SARS-CoV-2 qui en est responsable, ou un autre virus comme le VRS, comme l'écrit le docteur Munoz, spécialiste des maladies infectieuses, qui appelle à tester les enfants pour distinguer le Covid d'autres virus.

Les nourrissons très peu dépistés

Sauf qu'en France, on dépiste très peu les 0-2 ans comparé au reste de la population. Sur la semaine passée, le taux de dépistage des 0-2 ans, directement concernés par l'épidémie de bronchiolite, était de 2 794 tests pour 100 000 personnes. Tous âges confondus, la moyenne est de 7 680 personnes testées sur 100 000, et monte même à 12 743 pour la tranche d'âge des 3-5 ans, selon la plateforme GEODES de Santé publique France. Difficile donc de savoir quelle est la part du SARS-CoV-2 dans l'épidémie actuelle de bronchiolite en France.

Dès la première hausse des cas constatée début octobre et pendant plusieurs semaines, Santé Publique France recommandait "d'étudier l'éventuelle contribution du SARS-CoV-2 à l'incidence de cette pathologie" (la bronchiolite, ndlr)", jusqu'à début décembre.

Le VRS, facteur principal de la bronchiolite, circule moins que d'habitude

Plusieurs données laissent penser que le SARS-CoV-2 joue un rôle non-négligeable dans l'épidémie actuelle de bronchiolite dans l'Hexagone. Ce graphique de Santé publique France montre la proportion de prélèvements positifs au VRS chez les enfants atteints de bronchiolite, pour les formes graves qui nécessitent une hospitalisation (courbe bleu), ou moins sévère en médecine ambulatoire (courbe rose).

Capture Santé publique france
Capture Santé publique france

On constate que fin 2019, avant l'arrivée du Covid, lors du pic épidémique de bronchiolite (à gauche), la part de VRS atteint voire dépasse les 20% durant plusieurs semaines. Or, sur la même période en 2021 et alors que le pic épidémique semble avoir été passé selon SPF, la part de VRS n'atteint pas les 20%, voire se situe autour de 12% pour l'hôpital.

Moins de VRS qu'en 2019 pour une épidémie aussi intense

Comme l'écrit l'Assurance maladie, la bronchiolite "est due le plus souvent au Virus Respiratoire Syncytial (VRS)". Sauf que cette année, le VRS est plus faible qu'en 2019, alors que l’épidémie de bronchiolite est tout autant intense. Un autre virus semble donc être responsable des bronchiolites de 2021.

Ce graphique de Santé Publique France permet de comparer les passages aux urgences d'enfants de moins de 2 ans pour bronchiolite entre 2019 (courbe marron) et 2021 (courbe rouge).

Les passages aux urgences pour bronchiolite d'enfant de moins de 2 ans ces dernières années.
Les passages aux urgences pour bronchiolite d'enfant de moins de 2 ans ces dernières années.

Face à la bronchiolite, les gestes barrières

Une flambée plus précoce des bronchiolites qui coïncide également avec le début de la cinquième vague de Covid, sous l'effet du variant Delta, plus contagieux, qu'on enregistre depuis le mois d'octobre.

Pour limiter les risques d'infection à la bronchiolite de son enfant, l'Assurance maladie rappelle qu'il faut respecter les même gestes barrières que face au Covid : lavage des mains, éviter les contacts du nourrisson avec les personnes malades, même enrhumées, et une sorte de confinement du nourrisson durant les premiers mois, en lui évitant les "lieux publics (réunions de famille, transports en commun, centres commerciaux, restaurants, hôpitaux...)".

VIDEO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "300 enfants de moins de 10 ans meurent chaque année à cause de ça. C’est inadmissible"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles