Covid-19 : les patients sept fois plus susceptibles de souffrir de la paralysie de Bell que les vaccinés

·2 min de lecture
Les essais cliniques des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna Covid-19 ont révélé qu'environ 19 personnes sur 100 000 inoculées développaient la paralysie de Bell.

La maladie a été signalée chez un petit nombre de receveurs du vaccin contre le Covid-19 – mais elle est plus fréquente chez ceux qui contractent le virus lui-même. Explications.

Selon une étude publiée par Jama Otolaryngology-Head & Neck Surgery, les personnes atteintes par le Covid-19 sont près de sept fois plus susceptibles de développer la paralysie de Bell, ou paralysie des muscles faciaux, que celles vaccinées contre le virus. Elle désigne un épisode de faiblesse ou de paralysie des muscles faciaux qui débute soudainement par des lésions du nerf facial.

Si les premiers rapports suggéraient que cette maladie pouvait être un effet secondaire de la vaccination, les chercheurs n’ont pas trouvé de piste concluante dans ce sens. En effet, selon les données, la complication reste rare et affecte moins d’un dixième des 1% des personnes infectées par le virus.

VIDÉO - Coronavirus : un nouveau symptôme surprenant a été identifié

Des liens incertains

Bon nombre de ceux qui développent la paralysie de Bell après une infection ont des antécédents de la maladie, ce qui suggère que le virus provoque une récurrence des symptômes. "Au début de la disponibilité du vaccin, plusieurs médias ont rapporté la paralysie de Bell associée à la vaccination. De telles préoccupations pourraient éroder la confiance dans le vaccin et exacerber l'hésitation du public", a déclaré la co-auteure de l'étude, le Dr Akina Tamaki. Avant d’ajouter : "Nos données suggèrent que les taux de paralysie de Bell sont plus élevés chez les patients positifs au Covid-19 et cette incidence dépasse l'incidence signalée … avec le vaccin".

Les essais cliniques de phase 3 des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna ont révélé qu'environ 19 personnes sur 100 000 développaient la paralysie de Bell. Pour le moment, il n’a pas été possible de confirmer que les injections soient bien la cause de cette complication. Les chercheurs ont analysé les données de plus de 348 000 patients diagnostiqués par le virus et environ 64 000 qui avaient été vaccinés. Parmi les patients infectés, 284, soit 0,08 %, ont reçu un diagnostic de paralysie de Bell dans les huit semaines suivant le test positif pour le virus. 54% des patients n'avaient aucun antécédent de trouble musculaire facial, tandis que 46 % en avaient reçu un diagnostic dans le passé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles