Covid-19: les jeunes adultes aussi touchés par le coronavirus

Grégory Rozières
Face au coronavirus, les jeunes adultes sont moins touchés, mais pas entièrement épargnés

DÉMOGRAPHIE - ”Ça va, moi je ne suis pas à risque pour le Covid-19, je ne suis pas vieux”. Cette phrase, vous l’avez obligatoirement entendue, voire prononcée. Elle semble en effet logique: toutes les données montrent que le nouveau coronavirus Sars-Cov2 tue principalement les personnes âgées.

Pourtant, il ne faut surtout pas que les jeunes adultes se croient invincibles. D’abord, car même s’ils ne développent pas une forme grave de Covid-19, ils pourraient contaminer des personnes plus à risque. Ensuite, car ce n’est pas qu’un simple rhume, même quand on est jeune.

Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a précisé le 18 mars qu’en France, “50% des malades en réanimation ont moins de 60 ans”. Il y a également 7% de décès chez les moins de 60 ans. Le Washington Post rappelle  que selon d’autres données, la moitié des patients en soins intensifs aux Pays-Bas ont moins de 50 ans. 

Une étude américaine publiée le 18 mars par le Centre de contrôle des maladies vient confirmer cette tendance et donner plus de détails. Sur 4226 personnes infectées par le nouveau coronavirus, 508 ont été hospitalisées. Parmi celles-ci, 20% avaient entre 20 et 44 ans et 18% entre 45 et 54 ans.

Les moins de 20 ans, un cas à part

Sur les 121 patients en soins intensifs, 12% ont moins de 44 ans, mais aucune n’a moins de 20 ans, ce qui confirme que si les enfants et les plus jeunes sont contaminés par le coronavirus, ils semblent très rarement développer une forme grave. La mortalité, elle, reste de manière générale très faible chez les moins de 55 ans.

Ce graphique résume la situation des malades pris en compte par l’étude américaine: les barres, de la plus claire à la plus foncée, montrent le nombre de personnes hospitalisées, en soins intensifs et décédées.

Nombre de personnes contaminées par le coronavirus hospitalisées, en soins intensifs ou décédées

Attention pour autant: cela ne veut pas dire qu’une personne de 20 à 44 ans a autant de risques d’être hospitalisée qu’un senior. Comme le rappelle l’épidémiologiste Sara Bazaco sur Twitter, il y a beaucoup plus de personnes aux...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post