Covid-19: Le gouvernement sommé de réagir à la "détresse" des jeunes

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Le gouvernement sommé de réagir à la "détresse" des jeunes (photo d'illustration prise le 19 novembre 2020 à Marseille)  (Photo: NICOLAS TUCAT / AFP)
Le gouvernement sommé de réagir à la "détresse" des jeunes (photo d'illustration prise le 19 novembre 2020 à Marseille) (Photo: NICOLAS TUCAT / AFP)

POLITIQUE - “Le malaise est général, le mal-être est profond.” La députée de La Réunion Karine Lebon n’était pas la seule, ce mardi 12 janvier à vouloir attirer l’attention de l’Assemblée nationale sur la détresse de la jeunesse, moins touchée par le covid-19 que le reste de la population, mais percutée de plein fouet par ses conséquences économiques, sociales et psychologiques.

Étudiants isolés, petits boulots introuvables, précarité décuplée, accès à l’emploi incertain... Tour à tour, une demi-douzaine d’élus -de la majorité comme de l’opposition- se sont relayés aux micros du Palais Bourbon, pour faire entendre leurs nombreuses craintes quant au “lourd tribut” payé par les jeunes depuis le début de la crise sanitaire.

“Plus de 50% des jeunes sont inquiets sur leur santé mentale, et selon une étude de la Fage menée avec Ipsos, 23% des étudiants ont eu des pensées suicidaires”, a ainsi rapporté Karine Lebon en estimant que la tentative de suicide d’un étudiant à Lyon, samedi, venait “rappeler de façon dramatique la détresse et la souffrance de la jeunesse.”

Les députés poussent pour des “mesures d’urgence”

Et cette préoccupation semble partagée sur tous les bancs de l’Assemblée. Le député Les Républicains de Côte-d’Or, Rémi Delatte, s’est ainsi appuyé sur le rapport parlementaire “glaçant” de l’ancienne ministre communiste, Marie-George Buffet, rendu en décembre dernier -et qui pointait déjà les conséquences de la crise sur les enfants et les jeunes...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.