Covid-19: l'Australie va recevoir 4 millions de doses de vaccin du Royaume-Uni

·2 min de lecture

D’ici quelques jours, 4 millions de doses du vaccin produit par Pfizer/BioNTech arriveront en Australie dans le cadre d’un accord passé avec la Grande-Bretagne. Un afflux bienvenu pour soutenir le rythme de la campagne vaccinale qui, après un démarrage très poussif, avance désormais rapidement. Ces millions de doses devraient notamment permettre de convaincre ceux qui ont des doutes au sujet du vaccin AstraZeneca, quasiment le seul disponible en Australie jusqu’à tout récemment.

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Plus de 300 000 doses de vaccins administrées chaque jour, c’est désormais à ce rythme que l’Australie s’immunise massivement contre le coronavirus. Un rythme qui pourrait être maintenu, voire même accéléré, avec l’arrivée d’ici quelques jours de 4 millions de doses du vaccin produit par Pfizer.

Jusqu’à très récemment, les Australiens n’avaient accès qu’à AstraZeneca, un vaccin à la réputation ternie par les risques, minimes, de contracter une thrombose.

Un motif d’inquiétude qu’a pu constater le docteur Linda Calabrese auprès de ses patients : « Les patients qui étaient éligibles nous disaient : "Non, je ne veux pas me faire vacciner avec AstraZeneca", car ces histoires de caillots sanguins les inquiétaient. Et puis, il y en avait aussi d’autres qui avaient l’impression qu’on leur proposait un vaccin bas de gamme. »

À lire aussi : Covid-19 en Australie: plus d'un millier de contaminations en 24 heures, une première

80% de vaccinés dès la mi-novembre ?

C’est d’ailleurs pourquoi environ 20% des personnes agées de plus de 60 ans, pourtant éligibles à la vaccination depuis des mois, n’ont toujours pas reçu leur première dose.

Mais les plus jeunes, en revanche, se pressent pour se faire vacciner, ce qui actuellement est le cas de 37% de la population agée de plus de seize ans. Si le rythme actuel est maintenu, le cap des 80% pourrait être franchi à la mi-novembre. Un cap qui se traduira par la réouverture des frontières, fermées depuis mars 2020.

À lire également : Australie: vers une obligation vaccinale pour pouvoir travailler?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles