Covid-19: l'Allemagne va renforcer ses restrictions, des couvre-feux envisagés

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Des voitures de police surveillent le centre de Flensburg en Allemagne près de la frontière danoise, où les autorités locales ont décidé un couvre-feu après une recrudescence de cas, le 21 février 2021 - Axel Heimken © 2019 AFP
Des voitures de police surveillent le centre de Flensburg en Allemagne près de la frontière danoise, où les autorités locales ont décidé un couvre-feu après une recrudescence de cas, le 21 février 2021 - Axel Heimken © 2019 AFP

Angela Merkel et les dirigeants régionaux allemands ont débuté lundi de nouvelles discussions sur un renforcement des restrictions anti-Covid, avec notamment sur la table d'éventuels couvre-feux d'ores et déjà contestés. La chancelière et les dirigeants des 16 Länder que compte le pays ont entamé lundi après-midi leurs tractations, susceptibles de se terminer tard en soirée.

Cette négociation était à l'origine censée ouvrir la voie à de nouveaux assouplissements mais l'arrivée d'une troisième vague épidémique, provoquée par le variant britannique, a changé la donne.

Un taux d'incidence en constante hausse

Le taux d'incidence atteignait ainsi lundi 107,3, en constante augmentation ces dernières semaines. Cette tendance, si elle se confirme, va déclencher un mécanisme dit en Allemagne de "frein d'urgence", négocié début mars et qui prévoyait l'annulation automatique des quelques assouplissements concédés ce mois-ci.

Les régions les plus touchées devraient au contraire devoir réimposer des fermetures de magasins, voire d'établissements scolaires. De manière générale, toutes les restrictions déjà en place doivent être prolongées jusqu'au 18 avril, selon le projet d'accord en discussion. Les entreprises doivent continuer à favoriser le télétravail et vont être invitées à proposer au moins deux tests par semaine à leurs employés.

La partie la plus délicate des négociations porte néanmoins sur l'éventuelle instauration de couvre-feux dans les zones considérées comme les plus à risque, celles où le taux d'incidence dépasserait 100 pour 100.000 sur sept jours.

Une mesure jamais appliquée en Allemagne

Une telle mesure concernant l'ensemble du pays constituerait une première en Allemagne depuis le début de la pandémie. Des couvre-feux ont déjà été instaurés mais très localement seulement.

Avant même d'être décidés, ces couvre-feux sont critiqués, notamment par le parti social-démocrate, pourtant membre de la coalition au pouvoir, qui y voit un "instrument inutile dans un pays où les gens sont raisonnables" selon le secrétaire général du parti, Lars Klingbeil.

Le quotidien Bild, le plus lu d'Allemagne, est aussi vent debout contre une telle mesure, susceptible de concerner, selon lui, "40 millions de personnes".

Les discussions devraient aussi être âpres concernant d'éventuelles fermetures d'écoles dans un pays déjà touché par l'interruption des cours entre décembre et février. Autre point en discussion: la possibilité éventuelle de fêter Pâques en famille, avec un assouplissement temporaire des limitations de réunions familiales.

Ces discussions interviennent à un moment où les Allemands, selon un sondage, sont en majorité opposés à un nouveau tour de vis, après plus d'une année d'efforts. Les avions en partance pour Majorque, destination très prisée des Allemands, sont pleins.

Le mécontentement monte contre le gouvernement d'Angela Merkel, dont la campagne de vaccination continue à patiner. Eclaboussé par des scandales impliquant certains députés, le parti conservateur de la chancelière n'est plus du tout assuré de remporter les élections législatives du 26 septembre.

Article original publié sur BFMTV.com