Covid-19: l'Allemagne se prépare à vacciner les plus vulnérables

·2 min de lecture

Les vaccinations contre le Covid-19 commencent ce dimanche 27 décembre dans les 27 pays de l’Union européenne. Le ministre allemand de la Santé Jens Spahn a salué dans une conférence de presse cette étape qui doit permettre d’ici à l’automne 2021 de mettre fin à la pandémie.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Partout en Europe, les doses de vaccins produites par BioNTech et Pfizer sont livrées pour que tout soit prêt ce dimanche à la première heure. C’est notamment le cas en Allemagne où le vaccin a été développé. « L’Allemagne est bien préparée pour la plus grande vaccination de l’histoire du pays », a estimé ce samedi lors d'une conférence de presse le ministre de la Santé Jens Spahn. Il s’est dit fier que le vaccin de BioNTech ait été développé dans son pays et parlé d’un « jour d’espoir pour l’Europe ».

Les doses sont livrées aujourd’hui un peu partout. Demain, dimanche 27 décembre, des équipes mobiles vont commencer à vacciner les plus vulnérables dans les foyers pour personnes âgées, soit les personnes de plus de 80 ans et le personnel soignant exposé. Quelque 440 centres de vaccination ont été mis en place à travers le pays où les personnes à vacciner obtiendront un rendez-vous.

« L’Allemagne et toute l’Europe sont frappées par la pandémie la plus grave depuis plus de 100 ans, a déclaré Jens Spahn. Nous voulons y mettre fin grâce à cette bonne nouvelle de Noël. Chaque vaccination signifie moins d’infections, moins de cas graves dans les unités de soins intensifs, moins de morts. Se faire vacciner, c’est sauver des vies. »

L’Allemagne disposera d’1,3 million de doses jusqu’à fin décembre et de 11 à 12 millions jusqu’à la fin mars 2021. Jens Spahn a souligné que la vaccination prendra du temps et a demandé aux plus jeunes d’être patients.

►À lire aussi : Covid-19: les premières doses du vaccin sont arrivées en France

Une campagne de sensibilisation va être lancée. Les deux tiers des Allemands veulent se faire vacciner mais une partie d’entre eux préfère attendre un peu.