Covid-19 : l'Allemagne défend ses contrôles aux frontières, l'Autriche s'alarme

·2 min de lecture

Berlin a justifié, lundi, sa décision d'imposer des contrôles à certaines de ses frontières en raison de l'augmentation de cas de Covid-19 chez ses voisins. L'Autriche, qui a jugé ces mesures "disproportionnées" et "inacceptables", a convoqué l'ambassadeur d'Allemagne afin de discuter de la situation.

L'Allemagne a justifié, lundi 15 février, sa décision d'imposer depuis la veille des contrôles à ses frontières avec la République tchèque et l'Autriche et défendu un prolongement du confinement face aux entreprises qui réclament une feuille de route pour la levée des mesures sanitaires.

>> À revoir : À Tübingen, isoler les personnes âgées pour éviter un confinement

Imposés dimanche, ces contrôles ont été présentés comme inévitables en raison de l'augmentation du taux d'incidence en République tchèque et au Tyrol autrichien. Ils ont suscité des protestations en Autriche, qui s'inquiète que d'éventuelles perturbations de la chaîne d'approvisionnement nuisent à son industrie manufacturière.

Des contrôles "disproportionnés" et "inacceptables" selon l'Autriche

"Nous avons été contraints de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher les variants du virus (...) de se propager aussi rapidement en Allemagne qu'ils le font malheureusement dans les pays voisins", a déclaré lors d'une conférence de presse Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel. "Un retour à la normale est dans l'intérêt de tous".

L'Autriche, qui a jugé ces contrôles aux frontières "disproportionnés" et d'"inacceptables", a convoqué l'ambassadeur d'Allemagne au ministère des Affaires étrangères à Vienne afin de discuter de la situation.

>> Covid-19 en Allemagne : les restrictions prolongées jusqu'au 7 mars

Les constructeurs allemands craignent que les contrôles n'entravent l'assemblage d'automobiles à partir de pièces importées d'Europe de l'Est, mais BMW, Volkswagen et Audi ont indiqué, lundi, ne pas avoir été affectés jusqu'à présent.

La pression des entreprises en faveur de la réouverture de l'économie s'accroît néanmoins sur le gouvernement.

La Fédération allemande du commerce de détail (HDE), qui aura mardi des entretiens avec le ministère de l'Économie, réclame un calendrier clair de réouverture des commerces.

"Les responsables politiques doivent tenir leurs promesses formulées de longue date : un plan basé sur l'équité et la transparence pour sortir du confinement", a souligné le directeur général de la fédération, Stefan Genth.

Avec Reuters