Covid-19: l'Agence européenne du médicament juge le vaccin AstraZeneca «sûr et efficace»

·4 min de lecture

Le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus est «sûr et efficace» et «n'est pas associé» à un risque plus élevé de caillots sanguins, a annoncé ce jeudi 18 mars l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

L’Agence européenne des médicaments valide AstraZeneca. C'était une décision très attendue alors que plusieurs pays européens sont confrontés à une pénurie de vaccin. À La Haye, l’Agence européenne des médicaments vient de redonner son feu vert au vaccin d’AstraZeneca. Depuis les suspensions en cascade amorcées la semaine dernière de la vaccination avec AstraZeneca, l’Agence européenne des médicaments a mené son enquête sur le vaccin du laboratoire anglo-suédois et elle estime qu’il est sûr et efficace.

L’Agence européenne du médicament a étudié tous les rapports de caillots sanguins ou thromboses après injection du vaccin AstraZeneca. Ces signalements d’effets secondaires indésirables se sont multipliés après la suspension des campagnes de vaccination depuis une semaine dans l’Union européenne. Quinze pays de l’UE et de l’espace sanitaire européen avaient au total suspendu les vaccinations.

Le comité de pharmacovigilance et d’évaluation du risque a scruté ces rapports un par un et a estimé qu’il n’y avait pas de lien entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose. Ces experts ont même estimé qu’il pourrait y avoir une légère réduction du risque après vaccination. En tout cas, il y a moins de cas de thromboses chez les vaccinés avec AstraZeneca que ce qui prévaut généralement dans la population.

L’Agence européenne voit quelques cas douteux, par exemple des « coagulations intravasculaires disséminées », des mini-caillots en quelque sorte, mais elle estime pouvoir n’en tirer aucune certitude, car il s’agit de 27 cas sur 20 millions d’injections.

Les bienfaits d’AstraZeneca sont supérieurs aux risques

« Le comité est parvenu à une conclusion scientifique claire : il s'agit d'un vaccin sûr et efficace », a déclaré la directrice exécutive de l'Agence européenne du médicament, Emer Cooke, lors d'une visioconférence. « Ses avantages dans la protection des personnes contre le Covid-19, avec les risques associés de décès et d'hospitalisation, l'emportent sur les risques possibles », a-t-elle ajouté.

Le régulateur européen, basé à Amsterdam, « a également conclu que le vaccin n'était pas associé à une augmentation du risque global d'événements thromboemboliques ou de caillots sanguins », a précisé la directrice. Emer Cooke a toutefois expliqué que l'EMA « ne peut exclure définitivement » un lien entre le vaccin élaboré par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et des troubles de la coagulation rares.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui est sur la même ligne, a renouvelé jeudi son appel à continuer à utiliser ce vaccin. Son Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale (GACVS) doit publier vendredi un avis sur le vaccin AstraZeneca.

Reprise des vaccinations

Dans les heures qui ont suivi l’avis de l’EMA certain ont annoncé la reprise des vaccinations avec l’AstraZeneca. Dès ce vendredi la France, l'Allemagne et l'Italie vont recommencer à utiliser le sérum AstraZeneca pour leurs vaccinations : « Je me ferai moi-même vacciner dès demain avec ce vaccin », a souligné le Premier ministre français Jean Castex. Même idée côté allemand : « il faut rétablir la confiance dans ce vaccin », a estimé le ministre de la Santé Jens Spahn – qui a souligné que pour autant, les personnes désireuses de recevoir ce vaccin devront être au préalable informées de ses éventuels effets secondaires.

L’Italie, elle, est d’autant plus pressée de reprendre ces vaccinations d'AstraZeneca que le pays fait face à des retards de livraisons des différents sérums. Au contraire l’Espagne va attendre encore un peu : elle ne reprendra ces vaccinations que mercredi prochain, car « les autorités doivent à présent décider des groupes qui recevront » le serum AstraZeneca.

Pour ce qui est de la Norvège et de la Suède, elles attendront d'autant plus qu'elles n’ont pas encore pris de décision : Oslo dit prendre bonne note de l’avis de l’Agence européenne mais juge prématuré de conclure, d’autant que cet avis est mis en cause par une équipe médicale norvégienne. Stockholm donnera son avis la semaine prochaine et Oslo fin de semaine prochaine.