Covid-19 : l'Afrique en état d'urgence

·2 min de lecture

Ces images qu’on avait oubliées, le continent africain les découvre. Avec 150 000 morts déclarés pour 1,2 milliard d’habitants –500 000 selon les estimations les plus pessimistes–, il semblait résister mieux que d’autres aux assauts de la pandémie. L’apparition du variant Delta change la donne. Les 54 pays africains ne disposent de doses de vaccin que pour 10% de leur population. Faute de soutien des États riches, ils pourraient devenir le berceau de variants bien plus meurtriers.

«Dans l’histoire de la pandémie, l’Afrique vient de connaître sa semaine la plus grave.» Deux cent cinquante mille nouveaux cas, soit une augmentation de 20%, constate la docteure Matshidiso Moeti. La directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a d’autre choix qu’égrener des chiffres désastreux; elle est convaincue que le pire reste à venir. Ici, la troisième vague accélère, se propage, frappe vite et plus fort. Avec son variant Delta, elle atteint déjà l’Afrique du Sud, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Liberia, la Namibie, le Rwanda, le Kenya, l’Érythrée, la Tunisie, le Malawi ou le Sénégal...

Thierry Breton : "La dépendance des pays en développement est terrible"

Seize pays sont surveillés de près par l’agence onusienne. «Tirer la sonnette d’alarme, c’est bien... mais ça sert à quoi? Chaque jour, notre équipe visite une centaine de familles. Et toujours la même question revient : où sont les doses de vaccin?» se désole Thierno, ce vendredi 9 juillet, après avoir suivi, la veille, le point presse virtuel de l’OMS sur l’écran de son téléphone portable. Membre de la Croix-Rouge et de la Riposte Covid-19 du quartier Médina à Dakar, il surveille, depuis le dispensaire, la courbe devenue folle. Près de 500 nouveaux cas au Sénégal dans une même journée. «C’est beaucoup plus que d’habitude. Et, malheureusement, les chiffres officiels sont souvent sous-évalués.»

Le 9 juillet 2021, avec le président du Sénégal Macky Sall. A droite, Thierry Breton, commissaire européen chargé du Marché intérieur. A gauche, Chrysoula Zacharopoulou, co-présidente du COVAX shareholders council et rapporteure pour le Parlement européen de la nouvelle stratégie Afrique-Union européenne et Irène Mingasson, ambassadrice de l’Union européenne au Sénégal.
Le 9 juillet 2021, avec le président du Sénégal Macky Sall. A droite, Thierry Breton, commissaire européen chargé du Marché intérieur. A gauche, Chrysoula Zacharopoulou, co-présidente du COVAX shareholders council et rapporteure pour le Parlement européen de la nouvelle stratégie Afrique-Union européenne et Irène Mingasson, ambassadrice de l’Union européenne au Sénégal.

(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles