Covid-19 : l’isolement des malades "est une partie de la solution, en attendant une approche vaccinale", estime le professeur Gilles Pialoux

franceinfo
·1 min de lecture

Au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron sur l’allègement progressif du confinement, le professeur Gilles Pialoux, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Tenon à Paris, estime mercredi 25 novembre sur franceinfo que l’isolement des malades "est une partie de la solution, en attendant une approche vaccinale". Pour lui il faut "une dose de contrainte et une dose de contrôle".

franceinfo : Emmanuel Macron dit vouloir assurer l'isolement des malades de manière plus contraignante, est-ce que c'est la solution pour vous ?

Gilles Pialoux : Disons que c'est une partie de la solution, en attendant une approche vaccinale. C’est aussi la reconnaissance qu’on a loupé ce trépied : isoler, dépister, tracer. En tout cas, on a loupé les deux première étapes, isoler et dépister. La bonne nouvelle c’est qu’on attendra pas plus de 24 heures le résultat d’un test de dépistage.

Il faut probablement quelque chose de proportionnel, avec une dose de contrainte et une dose de contrôle aussi.

Le professeur Gilles Pialoux, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Tenon à Paris

à franceinfo

C’est peut-être l’assurance maladie qui peut contrôler l’isolement, comme elle contrôle les arrêts de travail. Et puis il faut savoir aussi que des gens ne peuvent pas s’isoler pour des raisons sociales. Quand (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi