Covid-19 : comment l’approche territoriale du confinement s’est finalement imposée en France métropolitaine

franceinfo
·1 min de lecture

Avis aux vacanciers ! Evitez Nice et ses alentours, qui seront confinés lors des deux derniers week-ends de février. Ainsi en a décidé le gouvernement, pour éviter que les allées et venues des touristes n'accroissent encore l'épidémie de Covid-19 dans les Alpes-Maritimes. Car la métropole niçoise affiche un taux d'incidence plus de trois fois supérieur à la moyenne nationale, avec 700 nouveaux cas positifs sur une semaine pour 100 000 habitants. Cette flambée vaut à la ville (ainsi qu'à une soixantaine d'autres communes du littoral) d'étrenner une nouvelle mesure : le "confinement localisé" – une première en métropole. Rétrospective de plusieurs mesures tentées au niveau local par l'exécutif, depuis la sortie du confinement du printemps 2020.

Juin 2020 : le Conseil scientifique prône les confinements localisés

Dans une note publiée le 2 juin 2020 à la sortie du premier confinement, le Conseil scientifique sur le Covid-19 listait différents scénarios pour éviter une reprise de l'épidémie. Et il estimait alors qu'"un confinement localisé [devait] être envisagé" quand sont identifiés des "clusters critiques". "En effet, écrivait-il, il est impératif de contrôler la circulation du virus et de limiter le nombre de cas exportés à partir du cluster critique identifié."

"Ce confinement localisé devra consister principalement à limiter la circulation des individus résidant dans le territoire identifié, de renforcer de façon importante les mesures barrières dans ce territoire tout (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi