Covid-19 : l’Afrique du Sud suspend son programme de vaccins AstraZeneca

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Alors que l'Afrique du Sud se préparait à entamer sa campagne contre le Covid-19 avec le vaccin AstraZeneca, une étude de l'université du Witwatersrand est venue contrarier les espoirs d'efficacité de ce vaccin contre le variant sud-africain.
Alors que l'Afrique du Sud se préparait à entamer sa campagne contre le Covid-19 avec le vaccin AstraZeneca, une étude de l'université du Witwatersrand est venue contrarier les espoirs d'efficacité de ce vaccin contre le variant sud-africain.

La décision de suspendre temporairement le programme de vaccination contre le Covid-19, qui devait démarrer dans les prochains jours avec un million de vaccins développés par Oxford et AstraZeneca, s'explique par la prise en considération d'une étude révélant une efficacité « limitée » contre le variant sud-africain. Cette étude, réalisée par l'université du Witwatersrand, à Johannesburg, et pas encore examinée par des pairs, affirme que le vaccin britannique offre une « protection limitée contre les formes modérées de la maladie dues au variant sud-africain chez les jeunes adultes ». S'exprimant lors d'une conférence de presse en ligne, le ministre de la Santé, Zweli Mkhize, a indiqué qu'il s'agit d'un « problème temporaire ». « Nous devons suspendre les vaccins AstraZeneca jusqu'à ce que nous ayons résolu ces problèmes », a-t-il ajouté. Selon les premiers résultats, ce vaccin est efficace à seulement 22 % contre les formes modérées du virus. Aucun résultat n'est encore disponible sur son efficacité contre les formes graves.

À LIRE AUSSIVaccins anti-Covid : les huit vaccins au banc d'essai

Un coup d'arrêt?

Les 1,5 million de vaccins d'AstraZeneca obtenus par l'Afrique du Sud, qui seront périmés en avril, seront conservés jusqu'à ce que les scientifiques donnent des indications claires sur leur utilisation, a-t-il précisé. « La deuxième génération de vaccins pour lutter contre toutes les variantes sera plus longue à produire », a d'ores et déjà mis en garde l [...] Lire la suite