Covid-19 : et si l’épidémie venait des fermes à fourrure chinoises ?

·1 min de lecture
Christian Drosten explique que les chiens viverrins et les civettes, prédateurs naturels de chauve-souris, avaient été les hôtes intermédiaires lors de la diffusion du Sars-CoV-1.

Si la piste de la fuite d'un laboratoire est étudiée de près, Christian Drosten émet une autre hypothèse, dans une interview accordée à « Republik ».

Un an et demi après l'apparition du Covid-19, le mystère sur l'origine du virus reste entier. La propagation du Sars-CoV-2 résulte-t-elle d'une transmission animale, ou encore d'un accident de laboratoire à Wuhan ? Christian Drosten, grand spécialiste du coronavirus en Allemagne, a évoqué une autre explication possible, dans les colonnes du journal suisse Republik, le samedi 5 juin 2021. Selon lui, les fermes à fourrure chinoises pourraient être à l'origine de l'épidémie du coronavirus. Il explique que les chiens viverrins et les civettes, prédateurs naturels de chauve-souris, avaient été les hôtes intermédiaires lors de la diffusion du Sars-CoV-1. Or, certains d'entre eux sont capturés dans la nature avant de rejoindre les troupeaux élevés dans les fermes à fourrure. « Il s'agit souvent d'animaux de ferme entassés dans de grands troupeaux, dans lesquels le virus peut se développer », remarque-t-il.

Quant à l'hypothèse de la fuite de laboratoire, Christian Drosten ne l'écarte pas totalement, bien que celle-ci soit peu probable, selon lui. « Il existe en fait deux thèses autour des laboratoires. Ce serait de la malveillance si quelqu'un avait intentionnellement fabriqué un tel virus », souligne le médecin, avant de poursuivre : « L'autre serait l'accident de la recherche, qu'en dépit des bonnes intentions et de la curiosité, une expérience ait mal tourné. Il faut en parler aux services secrets. En tant que scientifique, je ne peux pas juger cela. »

À LIRE [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :