Covid-19: l'épidémie s'emballe au Togo, de nouvelles mesures envisagées

·2 min de lecture

La barre des 100 décès dus au Covid-19 a été franchie au Togo durant le week-end du 20-21 mars. Avec notamment la présence du variant britannique, les cas de contaminations se multiplient et l'épidémie progresse plus vite. Face à cette situation, les autorités envisagent de nouvelles mesures dans les tous prochains jours.

Avec notre correspondant à Lomé, Peter Sassou Dogbé

La situation est prise au sérieux au Togo. Le Conseil scientifique et le président de la République, Faure Gnassingbé, multiplient les concertations ces jours. Et pour cause : la courbe des contaminations monte plus vite. Pour le seul mois de mars, on a enregistré plus de 2017 cas de contamination et 19 décès, ce qui correspond à plus de 18% des décès depuis le début de la pandémie.

Cette situation inquiétante est due à « plusieurs facteurs » selon le professeur Didier Koumavi Ekuévi, président du Conseil scientifique : « Le premier facteur, c'est le relâchement dans l'application des mesures barrières. Le deuxième facteur, c'est la circulation du variant britannique, qui vient d'être confirmée, qui est plus transmissible et qui est plus mortel. Il y a également le déni de la maladie, la réticence des personnes ayant des symptômes évocateurs du Covid-19 à se faire dépister. »

« La situation est inquiétante mais elle peut être maîtrisée »

La barre des 100 décès a été franchie le week-end dernier (104 décès au 23 mars). L'épidémie se concentre autour de la capitale Lomé, poursuit le président du Conseil scientifique. « La situation est inquiétante mais elle peut être maîtrisée », dit-il.

La vaccination a commencé avec AstraZeneca. Plus de 92% de l’ensemble du personnel soignant a été vacciné. La campagne va être accélérée au cours des prochaines semaines. 45 000 nouvelles doses d’AstraZeneca viennent d’être réceptionnées, et on envisage dans les jours à venir de nouvelles mesures de restriction pour vite maîtriser la courbe des contaminations.

► À lire aussi : Deuxième vague de Covid-19, nouveaux variants: la stratégie sanitaire de l’UA à l’épreuve