Covid-19: Johnson & Johnson annonce que son vaccin est efficace à 66% en général

·2 min de lecture

Alors que l'Union européenne s'apprête à autoriser le vaccin développé par AstraZeneca, ce qui en ferait le troisième à être administré sur le continent, Johnson & Johnson vient de publier les résultats de la dernière phase de son essai clinique : 66% d'efficacité générale. C'est moins que ceux de Moderna et Pfizer, mais il ne nécessite qu'une dose.

Encore une fois, il faut se contenter d'un communiqué de presse. Les données détaillées viendront plus tard dans une revue scientifique.

Plus de 40 000 volontaires ont participé à l'essai clinique dans 8 pays sur trois continents : aux États-Unis, en Amérique latine, et en Afrique du Sud. Les volontaires étaient répartis en deux groupes : l'un recevant le vaccin, l'autre un placebo. Lors de l'étude, 468 cas de Covid-19 avec symptômes ont été recensés.

Si le laboratoire ne dit pas comment ils sont répartis entre les deux groupes, il annonce tout de même 66 % d'efficacité générale pour prévenir ce qu'il définit comme des cas de Covid-19 de gravité moyenne. Ce chiffre monte à 85 % pour les cas graves et même 100 % pour éviter les hospitalisations et décès.

Administré en une seule dose

Le groupe certifie également que ce niveau de protection est valable, quelque soit la classe d'âge, mais là aussi, aucun chiffre ne vient étayer cette affirmation pour l'instant.

Enfin, les données recueillies en Afrique du Sud lui permettent d'affirmer que son vaccin est efficace contre le variant issu de ce pays, même si cette efficacité semble amoindrie.

Administré en une seule dose, ce vaccin répond donc a priori aux espoirs qu'il suscitait. Et le groupe entend demander une autorisation d'utilisation d'urgence aux autorités sanitaires américaines dès la semaine prochaine.

À court terme, ce vaccin devrait être le dernier à arriver sur le marché européen. Pour les suivants, comme celui développé par Sanofi et GSK, ce sera au mieux pour la fin de l'année 2021. Quant au vaccin russe Spoutnik V ou ceux développés en Chine, aucune demande d'autorisation n'a pour l'instant été déposée auprès de l'Union européenne.

►À lire aussi : L'Union européenne publie son contrat avec le laboratoire AstraZeneca