Covid-19: les Japonais restent méfiants alors que s'ouvre la campagne de vaccination

·1 min de lecture

Le Japon ne commencera sa campagne de vaccination contre le Covid-19 que le mercredi 17 février à destination d'abord des travailleurs de santé. Le gouvernement vient tout juste d'autoriser son premier vaccin, celui de Pfizer/BioNTech. À cinq mois des Jeux olympiques, le temps presse, mais les autorités se justifient.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Le Japon a décidé de rendre le vaccin contre le coronavirus gratuit et non-obligatoire. Il explique sa lenteur à déployer sa campagne de vaccination par la méfiance de la population japonaise à l’égard des vaccins.

Dans les années 1970 et 1980, plusieurs procès avaient été menés concernant les effets nocifs supposés de vaccins contre la variole. Un vaccin combiné rougeole-oreillons-rubéole avait été retiré après des cas de méningite chez des enfants.

Pénurie de seringues

Seuls aujourd’hui 60% des Japonais sont prêts à recevoir la piqûre contre le coronavirus. Il y a toujours un manque de confiance dans les informations du gouvernement.

Le Japon commence à vacciner malgré une pénurie de seringues adaptées afin de ne pas gaspiller les doses. Il cherche à se procurer des seringues spéciales pour pouvoir extraire les six doses de chaque flacon du vaccin de Pfizer/BioNTech. Les seringues japonaises ne permettent de prélever que cinq doses.

L’archipel a été relativement épargné par la pandémie avec 6 500 décès relevés depuis janvier 2020.