Covid-19: le Japon donne son feu vert réglementaire pour les vaccins Moderna et AstraZeneca

·3 min de lecture
Un flacon du vaccin Moderna contre le Covid-19 (photo d'illustration) - Steve Parsons © 2019 AFP
Un flacon du vaccin Moderna contre le Covid-19 (photo d'illustration) - Steve Parsons © 2019 AFP

Un comité du ministère japonais de la Santé a recommandé ce jeudi l'approbation des vaccins de l'américain Moderna et du suédo-britannique AstraZeneca, alors que le gouvernement nippon est critiqué pour la lenteur de la vaccination contre le Covid-19 à bientôt deux mois des Jeux olympiques de Tokyo.

"Le comité est parvenu à la conclusion qu'il n'a pas d'objection à leur approbation", a déclaré à l'AFP un responsable du ministère de la Santé.

Selon des médias, l'autorisation officielle de ces deux vaccins par le gouvernement nippon devrait intervenir vendredi. Seul le vaccin de Pfizer/BioNTech était approuvé au Japon depuis la mi-février.

Seuls 2% de la population vaccinée avec les deux doses

Pour être commercialisé dans l'archipel nippon, tout produit de santé doit faire l'objet d'études cliniques complémentaires sur le territoire japonais, et les vaccins contre le Covid-19 n'ont pas fait exception à cette règle, ce qui a retardé leur mise à disposition par rapport à d'autres pays. Plombée par d'autres facteurs également, y compris des lourdeurs bureaucratiques, la campagne vaccinale a progressé à un rythme d'escargot jusqu'à présent au Japon: moins de 2% de la population du Japon a reçu les deux injections du vaccin de Pfizer/BioNTech.

La libération de premiers lots de Moderna et d'AstraZeneca devrait ainsi accélérer la vaccination au Japon, d'autant qu'elle devrait coïncider avec l'ouverture la semaine prochaine de deux centres de vaccination de masse à Tokyo et Osaka.

La campagne vaccinale critiquée pour sa lenteur

Le gouvernement est sous le feu des critiques pour l'extrême lenteur de la vaccination, alors que l'archipel connaît une quatrième vague du Covid-19 ayant entraîné le retour d'un dispositif d'état d'urgence.

"La vaccination est la carte maîtresse des mesures contre le coronavirus", a déclaré jeudi à la presse le Premier ministre Yoshihide Suga qui est sous pression à ce sujet.

La population japonaise est majoritairement contre la tenue des Jeux olympiques de Tokyo cet été, redoutant que l'événement n'aggrave encore la situation sanitaire.

Le président du Comité international olympique rassure

Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a toutefois assuré mercredi qu'au moins 75% des résidents du village olympique seraient vaccinés, et diverses mesures anti-Covid sont prévues pour tous les participants, y compris des tests réguliers. Le gouvernement compte achever la phase de vaccination des personnes âgées de 65 ans et plus d'ici fin juillet, soit en plein milieu des JO (23 juillet-8 août), mais cet objectif semble difficile à atteindre.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le Japon a passé des accords avec plusieurs firmes pharmaceutiques pour être largement en mesure de vacciner in fine l'ensemble de sa population (près de 126 millions d'habitants).

200 millions de doses du vaccin Pfizer pré-commandées

Le gouvernement a notamment pré-commandé près de 200 millions de doses auprès de Pfizer/BioNTech, 50 millions de doses auprès de Moderna et 120 millions de doses auprès d'AstraZeneca.

Des discussions sont en cours en vue de commander 50 millions de doses supplémentaires du vaccin de Moderna, avait confirmé la semaine dernière Christophe Weber, le directeur général du groupe pharmaceutique japonais Takeda, chargé de l'importation et de la distribution de ce vaccin au Japon. Alors que des controverses se poursuivent sur des risques entourant le vaccin d'AstraZeneca, l'agence japonaise Kyodo a indiqué jeudi que "le gouvernement n'est pas pressé" de l'utiliser et qu'il "pourrait choisir de le stocker pour une utilisation ultérieure".

Article original publié sur BFMTV.com