Covid-19 : "J’aimerais qu’on puisse voir les vraies performances des chercheurs français"

TUMEGGY / SCIENCE PHOTO LIBRARY / MTT / Science Photo Library via AFP

Trois ans après les débuts de la pandémie, une trentaine de chercheuses et chercheurs vont dresser un bilan des recherches menées en France sur le Covid-19, 279 projets ayant été financés pour 35 millions d’euros par l’agence nationale de la recherche (ANR) qui organise tout exprès une journée de colloque scientifique, le 2 février 2023 à la Sorbonne. Signe de l’importance accordée à ces réflexions post-crise et possibles leçons pour le futur, la présence annoncée de deux ministres, Sylvie Retailleau (enseignement supérieur et recherche) et François Braun (santé et préventions). En avant-première, Sciences et Avenir a interrogé Thierry Damerval, PDG de l’ANR.

Passé le traumatisme de la non-élaboration rapide en France par des chercheurs et/ou des entreprises d’un vaccin contre le virus Sars-Cov-2, contrairement à ceux à ARNmessager, innovants et efficaces, obtenus en un temps record par BioNTech-Pfizer, Moderna… de nombreux scientifiques français vont faire le point le 2 février 2023 à la Sorbonne (lire encadré) sur leurs recherches lors de cette crise du Covid-19. Voire seront mises en avant leurs réussites, méconnues du grand public, telles celles sur les "modèles cellulaires et les modèles animaux", comme le souligne Thierry Damerval, qui rappelle également qu’aujourd’hui, 21 brevets (tests diagnostic, moyens de protection, réponse immunitaire…) ont été déposés suite aux travaux menés pendant la crise par environ 700 équipes. Ce qui frappe rétrospectivement, c’est la capacité à se mobiliser qu’ont montrée les scientifiques, aussi bien pour mener leurs études dans les domaines "classiques" de la biologie concernant une maladie infectieuse (virologie, épidémiologie, immunologie…) que sur ceux du large domaine des sciences humaines et sociales. La question de la confiance (envers les scientifiques, les résultats des recherches…), les rumeurs, la désinformation et les fake news, les oppositions radicales à la vaccination n’étant pas les moindres des problèmes mis en exergue par la pandémie et qu’il importe d’analyser pour préparer l’avenir.

Sciences et Avenir – La Recherche : Comment l’ANR, agence française de financement de la recherche sur projets s’est-elle adaptée avec la crise du Covid-19, à l’heure où l’on voit le nouveau président de l’Académie des sciences, le médecin Alain Fischer juger que "la recherche biomédicale est en recul en France avec des moyens insuffisants, une stratégie peu lisible…" dans un rapport du think tank Terra Nova paru le 18 janvier ?

Il y a eu une mobilisation et une réactivité extraordinaires de la part des scientifiques pour concevoir et déposer des projets, mais aussi de la part des éval[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi