Covid-19 : Israël suspend les vols internationaux pour une semaine

·3 min de lecture

Israël va suspendre ses vols internationaux à partir de mardi jusqu’au 31 janvier, date prévue de la fin des mesures de confinement, alors que le pays fait face à une explosion du nombre de cas de covid-19.

Israël se coupe du monde en pleine crise contre le Covid-19. Alors que la pandémie progresse dans le pays, malgré une campagne de vaccination massive, l’État hébreu a décidé, dimanche 24 janvier, de suspendre ses vols internationaux, vers et en provenance du pays, dès lundi à minuit pour une durée d’une semaine.

Israël a beau avoir déjà vacciné 2,5 millions de ses 9 millions d'habitants au cours du dernier mois, le mois de janvier a vu le nombre de cas de contamination à nouveau exploser, en raison notamment du non respect, selon les autorités sanitaires, des mesures de distanciation physique par une partie de la population.

Dans la foulée, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a demandé dimanche à son cabinet d'approuver de nouvelles mesures sanitaires renforcées dans un pays où les commerces jugés non essentiels sont déjà fermés.

"Nous fermons le ciel de façon hermétique, sauf pour de très rares exceptions, afin d'empêcher l'entrée de mutations virales, et aussi pour nous assurer que nous progressons rapidement avec notre campagne de vaccination", a déclaré Benjamin Netanyahu devant ses ministres.

Quelques heures plus tard, le ministère de la Santé annonçait avoir détecté chez cinq personnes atteintes du coronavirus un variant apparu pour la première fois à Los Angeles (États-Unis). Les variants britannique et sud-africain sont également présents en Israël.

Les nouvelles mesures de restriction des voyages ne s'appliqueront toutefois pas aux vols cargos, selon le ministère de la Santé.

Aussi, les personnes qui doivent se rendre à l'étranger pour un suivi médical, faire un "travail essentiel qui ne peut être effectué à distance", déménager ou assister à des funérailles dans leurs familles, seront autorisées à voyager, ont indiqué les autorités sans préciser pour l'heure comment ces voyageurs allaient pouvoir quitter le pays.

Déjà, les voyageurs autorisés à se rendre en Israël devaient depuis ce weekend présenter un test négatif (72 heures ou moins) avant de prendre l'avion ou présenter une preuve qu'ils ont bien été vaccinés contre le Covid-19.

Campagne de vaccination étendue aux adolescents

Par ailleurs, Israël a commencé ce week-end à vacciner les adolescents contre le coronavirus dans le cadre de sa campagne nationale qui a déjà couvert plus du quart de la population.

"Jusqu'à présent, je ne voulais pas me faire vacciner, mais j'y ai repensé et me suis dit qu'au final, il était mieux de se faire vacciner, car cela me permettrait d'être plus près des membres de ma famille", a déclaré dimanche à l'AFP Dorone Bellaïche, 17 ans, après s'être fait vacciner dans une clinique de Jérusalem.

"Des amis m'ont dit : 'ne te fais pas vacciner, ça ne sert à rien'. Mais je préfère ne pas les écouter", a-t-il ajouté, disant plutôt vouloir suivre l'exemple de sa mère qui, elle, avait déjà reçu le vaccin.

Israël a obtenu un stock de vaccins du géant pharmaceutique Pfizer en échange notamment du partage rapide de données sur les effets de cette immunisation sur sa population, selon les termes de l'accord entre les deux parties rendu public.

En Israël, les citoyens sont affiliés à l'une des quatre grandes caisses d'assurance-maladie (HMO) du pays. Or chacune de ses caisses dispose de vastes bases de données numérisées sur leurs assurés, ce qui leur permet en théorie de juger de l'efficacité ou des effets secondaires potentiels du vaccin, selon par exemple l'âge ou les antécédents médicaux des patients.

Avec AFP