Covid-19 en Israël: allègement du troisième confinement

·3 min de lecture

Salons de coiffure rouverts, clients de retour dans certaines boutiques et déplacements qui peuvent s'étirer sur plus d'un kilomètre: ce dimanche 7 février, Israël commence à sortir de son troisième confinement depuis le début de la pandémie de Covid-19 sur fond d'une intense campagne de vaccination.

Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 février, le gouvernement a annoncé un allégement à partir de ce dimanche 7 février du confinement mis en place depuis la fin décembre 2020 dans la foulée d'une nouvelle vague de contamination. Ainsi, ce dimanche matin, des commerces non essentiels ont pu - par exemple - rouvrir à Jérusalem, comme le salon de barbier de Eli Aroas : « J'ai informé mes clients que nous reprenons le travail (...) Les clients vont bientôt arriver et nous espérons que c'est la fin de cette saga », s'est réjoui M. Aroas, 58 ans, en attendant de pouvoir ressortir ses ciseaux et ses tondeuses à barbe. Sarit Reouven, 49 ans, est, elle, venue au centre de Jérusalem pour acheter des chaussures juste à temps pour le mariage de son fils, lundi. « Cette réouverture, c'est vraiment une bonne chose. Il y a un vent d'optimisme dans les airs (...) Je crois qu'on peut déjà entrevoir la fin de la crise », dit-elle, espérant sortir de son « dernier confinement ».

Un mois de janvier meutrier

Depuis la mi-décembre, et à la faveur d'un accord avec le géant Pfizer sur le partage de ses données médicales, Israël a vacciné plus de 3,4 millions de personnes (près de 40% de sa population), dont plus de deux millions ont reçu une seconde dose. Mais, malgré les mesures de confinement, et cette intense campagne de vaccination, le mois de janvier a été le plus meurtrier depuis le début de la pandémie en Israël, avec plus de 1 000 décès à cause du virus. D'après le dernier bilan du ministère de la Santé, le pays de neuf millions d'habitants a officiellement enregistré plus de 686 000 cas dont 5.074 décès depuis le début de la pandémie.

L'État hébreu enregistre actuellement une moyenne d'environ 6 500 nouveaux cas par jour contre environ 8 000 mi-janvier, selon les chiffres officiels. Et comme le vaccin prend un certain temps avant d'être efficace, les autorités s'attendent à voir le nombre de cas, et surtout d'hospitalisation, diminuer dans les prochaines semaines. Depuis dimanche, les Israéliens peuvent se déplacer au-delà d'un kilomètre de leur domicile. Les réserves naturelles et parcs nationaux ont également annoncé la réouverture de leurs portes, tout comme les chambres d'hôtes, mais seulement aux familles nucléaires.

Pas de vols internationaux avant le 20 février

Les hôtels restent quant à eux fermés et les restaurants sont de nouveau autorisés à faire de la vente à emporter mais pas à servir leurs clients sur place. Les vols internationaux, quasi tous suspendus depuis le 24 janvier, ne reprendront pas avant le 20 février, a annoncé vendredi le gouvernement qui maintient aussi la fermeture des frontières terrestres. La ministre des Transports, Miri Regev, a toutefois déclaré dimanche à la radio militaire que le gouvernement allait autoriser les Israéliens coincés hors du pays à revenir avec des avions spéciaux avant le 20 février. Le cabinet doit enfin se réunir de nouveau dimanche pour décider de la suite des mesures de déconfinement, notamment en ce qui concerne le système scolaire, totalement fermé depuis plus d'un mois.

(avec AFP)

À lire aussi : Covid-19: faute de volontaires, la campagne de vaccination ralentit en Israël