Covid-19: en Irlande, l’incertitude grandit concernant la tenue du baccalauréat

·2 min de lecture

Le baccalauréat irlandais aura-t-il lieu ? L’année dernière, les lycéens avaient dû attendre juin pour savoir à quoi ressemblerait l’examen. Cette année, les terminales ne sont pas retournés au lycée depuis les vacances de Noël, confinement oblige. Et les élèves ne savent toujours pas s’ils devront subir l’examen ou bénéficier de notes estimées sur la base du dossier scolaire.

Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

Lycéenne dans le sud rural de l'Irlande, Emily Bergin s’inquiète du respect de l’équité entre les 60 000 candidats. « Les cours en ligne, c’est bien, mais pour certains, on a un mauvais wifi, cela ne fonctionne pas pour tous les cours, déplore-t-telle. On n’a pas eu assez de temps en présentiel, on n’a pas fait de bac blanc, donc les notes estimées, cela ne peut pas fonctionner. À mon sens, la meilleure solution, c’est de repousser l’examen en juillet par exemple ».

Isobel Keane préférerait, elle, le contrôle continu. Mais dans le fond, alors que le gouvernement repousse la décision depuis plusieurs semaines, elle voudrait juste de la visibilité. « Cela devient vraiment compliqué de se motiver, de se lever le matin, explique-t-elle. On en a marre d’entendre : "une nouvelle réunion demain, une nouvelle réunion demain". Pourquoi est-ce qu’ils n’arrivent pas à s’asseoir, à rester dans une pièce jusqu’à ce qu’ils trouvent une solution ? »

Un syndicat d’enseignants a brièvement claqué la porte. Autour de la table, l’Union des élèves du secondaire pousse pour une forme de contrôle continu. « Quand les élèves retourneront à l’école, ils pourront utiliser leurs notes pour l’examen par exemple, explique Alicia O’Sullivan, porte-parole de l'organisation. Aucune solution ne sera juste à 100%, d’ailleurs le bac en lui-même n’est pas complètement juste. C’est pour cela qu’il faudrait que s’ils le souhaitent, les candidats puissent subir l’examen ». Une décision devrait être annoncée d’ici la fin de la semaine.

► À lire aussi : Covid-19 en Irlande: encore plus de restrictions en raison de la troisième vague